LEGENDAS GASCONAS, de Bladèr.

LEGENDAS GASCONAS :

POSOÈRS, SABAT, MAUS SÒRTS.

I. COM ÒM PÒT RECONÉGUER LAS POSOÈRAS.

Il arrive souvent que les sorcières donnent le mal en jetant des sorts. Mais l'ensorcelé et ses parents ne savent pas toujours à qui s'en prendre, et se méfient de braves gens, qui ne méritent pas cet affront.

Pour reconnaître à coup sûr la personne qui a donné le mal, il faut prendre un agneau noir de six semaines, né la nuit du premier lundi au premier mardi de janvier. Cet agneau noir doit être saigné au soleil levant, avec un couteau neuf. Quand l'agneau est saigné et égorgé, on l'embroche, et on le fait rôtir devant un feu de javelles de prunellier. Pendant que le feu flambe, il faut piquer l'agneau avec le couteau qui a servi à le tuer. Chaque piqûre faite à la bête se ressent sur la personne qui a donné le mal, et la fait souffrir mort et passion, dn sorte qu'elle est forcée de se présenter illico dans la maison où l'on fait rôtir l'agneau noir.

Arriba sovent que las posoèras balhan mau en gitar sòrts. Mès l'ensorcilhat e sos parents sabon pas totjorn a qui se'n prénguer, e se mauhisan a tòrt de bravas gents, que s'ameritan pas aqueth afront.

Entà reconéguer a còp segur la persona qu'a balhat lo mau, cau prénguer un anhèth negre de siès setmanas, vasut la nuèit deu prumèr diluns au prumèr dimars de gèr. Aqueth anhèth negre diu estar sagnat au sorelh levat, dambe un cotèth nau. Quan l'anhèth es sagnat e escorjat, òm l'embròca, e òm lo hè rostir davant un bèth huec de gavèras de bròcs negres. Mentre que lo huec flamba, cau picar l'anhèth dambe lo cotèth qu'a servit a lo tuar. Cada pic hèit a la bèstia se respon dens la persona qu'a balhat lo mau, e la hè sofrir mòrt e passion, en sòrta qu'es forçada de se presentar prumèra dens l'ostau d'on hèn rostir l'anhèth nègre.

(dictat per Paulina Lacasa, de Panassac, Gèrs).

II. LO LOP-GARON.

Les loups-garous sont des gens comme nous ; mais ils ont fait un contrat avec le Diable. Chaque soir ils sont forcés de se changer en bêtes, pour aller au sabbat et courir toute la nuit. Il y a pour cela un moyen de les guérir. Il faut leur tirer le sang, pendant qu'ils ont perdu  forme humaine, et aussitôt ils la reprennent pour toujours.

Une nuit, le curé de Pauillac revenait de Lectoure. Arrivé au pont du Pin (sur un bras du Gers), il voit arriver une grande bête qui lui barrait le passage. Que fait le curé, un homme fort et hardi ? Il sort son couteau de sa poche, et tombe sur le loup-garou.

À la première pique, la grande bête changea de forme, et le curé reconnut un de ses plus proches voisins.

Ah ! Monsieur le curé, dit l'homme, vous m'avez rendu un grand service. Si vous ne m'aviez pas saigné, je serais peut-être resté loup-garou toute ma vie. Maintenant, je suis guéri pour toujours.

Le curé aida l'homme blessé à rentrer chez lui. Cet homme resta encore longtemps en vie, et finit comme un brave chrétien.

Los lops-garons son gents coma nosautes ; mès an hèit un contrat dambe lo Diable. Cada ser son forçats de se cambiar en bèstias, per anar au sabat e córrer tota la nuèit. I a per aquò un mejan de los guarir. Lo cau tirar sang, pendent qu'an perdut la fòrma de l'òme, e autanlèu la reprengon per totjorn.

Ua nuèit, lo curat de Paolhac se retirava de la vila de Leitora. Arribat au pont deu Pin, te va avisar ua gran bèstia que lo barrava lo passatge. Çò que hè lo curat, qu'èra un òme fòrt e hardit ? Se tira lo cotèth de la pòcha, e cai dessús au lop-garon.

Au prumèr pic, la gran bèstia cambièc de fòrma, e lo curat reconegoc un de sos mès pròches vesins.

A ! monsur curat, ça digoc l'òme, m'avètz rendut un plan gran servici. Se m'avèvatz pas sagnat, serí benlèu demorat lop-garon tota ma vita.  Ara, que soi guarit per totjorn.

Lo curat ajudèc l'òme blassat a rentrar dens sa maison. Aqueth òme demorèc enqüèra longtemps en vita, e finiscoc coma un brave crestian.

(dictat per Francesa Lalana, de Leitora, Gèrs).

III. LA NUÈIT DE NADAU.

La nuit de Noël est un moment de grande confusion pour l'enfer. Les sorcières, les loups-garous et les diables ne décolèrent pas, parce que Notre-Seigneur est né ; et ils font partout autant de méchancetés qu'ils peuvent. Cette nuit-là, quand on part pour la messe, il faut bien se garder de laisser les petits enfants tout seuls dans les maisons.

 On a vu que des sorcières ont profité de ce que pères et mères étaient sortis, pour entrer jeter des sorts et donner le mal. On dit aussi que du côté du Mas de Fimarcon, les parents, au retour de la messe, trouvèrent un des enfants que les sorcières allaient faire rôtir.

Une nuit de Noël, deux femmes étaient allées à la messe à Lectoure, et en attendant que sonnent les cloches de Saint-Gervais, elles se promenaient sur le Bastion (c'est une allée publique sur l'emplacement d'anciennes fortifications). Tout en marchant, elles s'entravent à une branche.

Catherine, dit Isabelle, ramasse cette branche.

Mais la Catherine n'avait pas ramassé la branche que le vent l'emporta, avec Isabelle, sur la plaine de Bustèth, où les sorciers tenaient le sabbat.

Les deux femmes reconnurent ici beaucoup de gens qu'elles n'auraient jamais cru s'être donnés au diable, et en ont cité certains qui n'étaient pas contents. Tout ce mauvais monde frappait du pied et dançaient en rond, en attendant que le diable arrive pour faire la paie.

Le Diable arriva enfin sur une charrette attelée de chats et d'escargots, et ouvrit une grande caisse archi-pleine d'écus et de louis d'or. Mais, au fur et à mesure qu'il payait les sorciers, les écus se changeaient en charbons et les louis d'or en feuilles d'églantiers sèches.

La paie faite, le Diable commença la mauvaise messe, en faisant le signe de croix sur le sol avec le pied gauche ; et il lut le saint évangile tout à l'envers. Au moment de la consécration, il leva en l'air une hostie noire à trois pointes ; et les crapauds et les blattes se mirent tous à chanter.

Après la consécration, les gens du sabbat allèrent tous, l'un après l'autre, avec une bougie noire, baiser le Diable sous la queue.

C'est votre tour, dit une vieille sorcière à Catherine et Isabelle. Voulez-vous y aller ?

Que non, mon Dieu !

Au mot de Dieu, le Diable partit au galop suivi de son mauvais monde. Et aussitôt, Catherine et Isabelle se trouvèrent ramenées sur le Bastion, comme sonnait le premier coup de la messe de minuit.

 

La nuèit de Nadau es un temps de grana confusion per l'in·hèrn. Las sorcièras, los lops-garons e los diables se conegon pas de colèra, per amòr que Nòste-Sénher es vasut ; e hèn pertot astant de maishance-tats que pòdon. Aquera nuèit, quan partisson per la messa, se cau plan guardar d'abandonar los petits mainatges tots sols dens las maisons. S'es estat vist que las sorcièras an profitat de çò que los pairs e mairs èran sortits, entà entrar per gitar sòrts e balhar mau. Tanplan dison que deu costat deu Mas de Fimarcon, los parents, en rentrar de la messa, trobèn un de sos mainatges tot embrocat e que las sorcières anavan hèr rostir.

Ua nuèit de Nadau, duas hemnas se n'èran anadas a la messa a Leitora, e en atendent que sonèssen a Sent-Gervasi, se passejavan suu Bastion. Tot en se passejar se travèn en ua branca.

Catalina, ça digoc la Isabèu, amassa aquera branca.

Mes la Catalina avoc pas amassat la branca que lo vent se l'emportèc, dambe la Isabèu, sus la plana de Bustèth, on los sorcièrs tenguèvan lo sabat.

Las duas hemnas reconegón aquí fòrça gents qu'aurén pas jamès cresut que s'estèssen balhats au diable, e que n'an nomentat d'aubunis que son pas estats contents. Tot aqueth maishant monde que trepava e que dançava en rond, en atendent que lo diable arribèsse per hèr la paga.

Lo Diable arribèc a la fin sus ua carreta atelada de gats e limacs, e obriscoc ua grana caisha tota plea d'escuts e de loïs d'aur. Mès, a proporcion que pagava los sorcièrs, los escuts se cambiavan en carbons e los loïs d'aur en huelhas d'arromècs secas.

La paga hèita, lo Diable comencèc la mala messa, en hèr lo signe de la crotz en tèrra dambe lo pè esquèr ; e legiscoc lo sant evangèli tot a reboish. Au moment de la consecracion, levèc en l'aire ua ostia negra a tres puntas ; e los grapauds e las cucas se botèn tots a cantar.

Après la consecracion, las gents deu sabat se n'angón totas, l'ua après l'auta, dambe ua candela negra, baisar lo Diable devath la coa.

Aquí vòste torn, ça digoc ua vièlha sorcièra a la Catalina e a la Isabèu. I volètz anar ?

Nani, mon Diu !

Au mot de Diu, lo Diable partiscoc a hutas dambe son maishant monde a l'adarrèr. E còp sec, la Catalina e la Isabèu se trobèn reportadas suu Bastion, coma sonavan lo prumèr de la messa de mièjanuèit.

(dictat per Francesa Lalana, de Leitora, Gèrs).

IV. LO CAPERAN AU SABAT.

Il était une fois une jeune bonne de curé. Les gens disaient qu'elle était sorcière. Son maître finit par le savoir.

Mon amie, lui dit-il un samedi soir, les gens disent que tu es une sorcière.

Monsieur le curé, ils ont menti.

Voyons, mon amie, dis-moi la vérité.

Monsieur le curé, ils ont menti.

Mon amie, si tu es sorcière, tu peux te confier à moi. Je veux t'accompagner au sabbat. Dis-moi comment m'y prendre.

Et bien, Monsieur le curé, vje vais tout vous dire. Posez le pied sur ce balai en criant :     Hardi, le balai, / Jusqu'à une heure et demie.

Le prêtre prit l'eau bénite et le goupillon, posa le pied sur le balai, et cria :                      Hardi, le balai, / Jusqu'à une heure et demie.

Le balai partit, à travers les nuages, cent fois plus vite que le vent. En cinq minutes,le prêtreet la servante furent arrivés sur le lieu du sabbat.

C'était un beau château, comme le roi ne peut pas s'en payer. Sorciers et sorcières dansaient au son des violons. Quand ils étaient fatigués, ils allaient s'asseoir à de grandes tables, chargées de plats et de vins de tout ordre.

Le prêtre, à moitié mort de peur, agita l'eau bénite avec le goupillon.

Aussitôt, tout disparut. Le prêtre se trouva transporté, sans savoir comment, dans un nid de pies, au sommet d'un peuplier, entre les rivières du Tarn et de l'Avayron.

 

 

I avèva, un còp, un goja de caperan. Las gents disèvan qu'èra hatilhèra. Son mèstre acabèc per ac saber.

Mia, ça li digoc un dissabte au ser, las gents dison qu'ès hatilhèra.

Monsur lo curat, que n'an mentit.

Vejam, mia, ditz-me la vertat.

Monsur lo curat, que n'an mentit.

Mia, s'ès hatilhèra, te pòdes hisar a jo. Te vòi acompanhar au sabat. Ditz-me coma èi a m'i prénguer.

E ben, Monsur lo curat, vos ac vau tot díser. Botatz lo pè sus aquera bareja en cridar :     Hardit, bareja, / Dinc a l'ora e mieja.

Lo caperan se prengoc l'aiga senhada e lo gopilh, botèc lo pè sus la bareja, e cridèc :     Hardit, bareja, / Dinc a l'ora e mieja.

La bareja partiscoc, a travèrs los crums, cent còps mès viste que lo vent. En cinc minutas, lo caperan e la goja èran arribats suu lòc deu sabat.

Èra un bèth castèth, coma lo rei n'a pas lo parièr. Hatilhèrs e hatilhèras dançavan au son deus viulons. Quan èran lassis, s'anavan assetar a granas taulas, cargadas de plats e de vins de tot òrde.

Lo caperan, mièi mòrt de paur, segotiscoc l'aiga senhada dambe son gopilh. 

Suu còp, tot s'aboliscoc. Lo caperan se trobèc portat, sense saber coma, dens un nis d'agaças, a la cabelha d'un biule, entre las ribèras deu Tarn e de l'Avairon.

(dictat per Antonieta Sant, de Sarrant, Gèrs).

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×