CAVALCADA de Terèsa Pambrun-Lavit (Bigòrra).

CAVALCADA  

 de Terèsa Pambrun-Lavit (Bigòrra)

 


Aquesta istòria, com la seguenta "Era lenha tà doman", es tirada deu libe "Sho !" de Terèsa Pambrum-Lavit. Aquesta òbra es estada era ganhadora deth
4au prèmi de Narrativa cuerta en occitan
"Es talúries", convocat pera Fondacion Publica – Institut d'Estudis Ilerdencs dera Deputacion de Lleida er an 2005.

 

Poussières d'étoiles. Silence de lune. Lisa dort. Elle dort quasiment.

Dans un dernier renoncement aux manifestations de la journée, la fillette fait un sursaut au fond du lit.

Elle se libère de toutes les tensions de la journée qui se termine tout doucement. Courses et jeux, plaisanteries et rires, devoirs et pleurs, lectures et rêves. Morceaux de riens mais tant de vie.

Dans l'obscurité de la chambre on peut entendre les bruits de tout ce qui se pose, les gémissements des objets revenus au néant de l'immobilité.

Sur une petite table, à côté du lit, les boîtes de jeux s'entassent dans un grand ensemble à l'équilibre maîtrisé.

Pendu au-dessus du vide, en guise de tableau, un puzzle mord l'ombre qui s'épaissit.

La fillette est dans une prairie. Huit ans c'est suffisant pour avoir le nez à hauteur de la dernière planche de la clôture.

Le cheval arrive face à elle. Un grand cheval jaune. Les yeux irrités, il porte haut un regard détaché de toute entrave. Enfermé dans l'enclos il en parcourt toutes les diagonales dans une course mesurée. Il s'approche de la fillette. Lisa tend la main, bien ouverte comme on le lui a expliqué. Dans l'attente, le regard de l'animal sourit. En posant mi-nutieusement des pattes de danseuse, il recule de quelques pas, dans ses yeux s'allument des lances d'argent. Trois pas encore, les muscles tendus, un balancement, un frémissement, une course d'éclair, et dans un grand saut par-dessus la tête de la fillette, l'animal s'enfuit…

Dans le halètement de la gamine s'entend, longtemps, le galop du cheval libéré.

C'est maintenant, dans les sursauts de son sommeil,, qu'une pièce du puzzle en forme de cheval se détache du tableau. Dressée sur quatre pattes elle tourne autour du cadre … Un pas tranquille, une allure de carton … Dans le pelage du petit cheval il a un vent de paix.

Dans la chambre claire, Lisa sauta hors (du matelas) du lit. Par la fenêtre, ici, elle voit à l'ombre le grand cheval noir qui se promène dans le pré devant, oreilles ouvertes aux tourbillons de vent du matin descendant de la montagne là-bas.

Dans la cuisine, son petit-déjeuner est prêt. Elle fait provision de gourmandises : autant de douceurs pour affronter les malheurs du jour qui débute.

Dis-moi papa, il n'y a pas de mot pour dire "puzzle" autrement ?

Le père, réfléchissant deux secondes, se met à rire malicieux :

Puzzle ? … Château !

Château ?

Oui, s'il est bien fait c'est château, s'il est encore en morceaux il te faut dire fortification.

Ouais ! Super ! Je le dirai a Jordi à l'école !

Tout en partant, l'auto de son père longe l'enclos du cheval. L'animal ne bouge pas du tout. Seulement un petit vent qui vient lui caresser le pelage dans un frémisement de papier de soie froissé.

 

 

Provas d'estelas. Silenci de lua. Lisà que drom. Que drom quasi.

En ua darrèra arrenóncia aras batèstas deth dia, era mainada que's da ua estreita ath hons deth lheit.

Que da alargança a totas eras tensions dera jornada qui's moreish a tot doç. Corrudas e jòcs, farcejadas e arríders, devers e plors, leguidas e sauneis. Tròç d'arrens mès tanta vita.

En negre dera crampa que s'i pòden enténer eths bruts de tot çò qui's pausa, eths planhets deths objèctes tornats ath èrm deth estancat.

Sus ua tauleta, còsta ath lheit, eras bòstias de jòcs que s'apialan en ua grana jòga ath mèstre equilibre.

Penut sus eth vueit, en plaça de tablèu, un puzzle que nhaca er'ompra vaduda pregona.

Era mainada qu'ei ena prada. Ueit ans qu'ei pro entà eir eth nas ath darrèr planchòt dera barralha.

Eth chivau que l'arriba de cap. Un gran chivau jaune. Uelhs enmaliciats que pòrta haut un espiar destacat de tota drava.
Embarrat ena clada que'n crotza totas eras diagonalas en ua corsa mesurada.

Que s'aprèssa dera mainada. Lisà que ten era man, beròi plana com l'ac an explicat. Demorança, eth espiar dera bèstia que se n'arreish. Pausant menimosament patas de dançaira, que's hè ath en darrèr, que'u s'alugan ens uelhs lanças d'argent. Tres pas encòra, muscles tibats, balançament, fremida, corruda d'eslampai, e, en un gran saut peth dessús deth cap dera mainada, era bèstia que hui …

Ena pantaishada dera dròlla que s'enten, longtemps, eth galòp deth chivau aliberat.

Qu'ei ara, ens trebucs deth sué dromir, ua pèça de puzzle en fòrma de chivau qui's destaca deth tablèu. Esdreçada sus quate patas que vira ath entorn deth quadre … Un pas tranquille, un anar de carton … En peu deth chivalòt que i a un vent de patz.

Ena crampa clareta, Lisà que sauta hòra dera barguèra deth lheit. Pera hiestra, aciu, que ve a ompra eth gran chivau negre de qui's passeja peth prat en davant, aurelhas aubridas aths holets deth maitin devarant dera sèrra enlà.

Ena cosina, eth sué esdejuar qu'ei prèste. Que hè provision de lecotilhas : autantas doçors tà horrar eras benalèjas deth diaqui s'aubreish.

Ditz-me papà, e i a nat mot entà díser "puzzle" autaments ?

Eth pair, empensant duas segondas, que se n'arreish maliciós :

Puzzle ? … Castèth !

Castèth ?

Òc, s'ei beròi acabat qu'ei castèth, s'ei encòra a tròç que't cau díser casterar.

Oè ! Supèr ! Qu'at diserèi a Jòrdi en'escòla !

En tot partir, er'autò de son pair que segueish eth claus deth chivau. Non muda brica era bèstia. Sonque ua ventina de qui'u vié heregar eth peu en ua fremida de papèr de seda frostilhat.

E tric e tric, lo conte de la cavalcada es fenit,
e tric e trac, lo conte de la cavalcada es acabat !

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site