ERA LENHA TA DOMAN de Terèsa Pambrun-Lavit (Bigòrra).

ERA LENHA TA DOMAN  

 de Terèsa Pambrun-Lavit (Bigòrra)

Maman, maman viens ici, écoute-moi. Hier soir, à la soirée de Sophie, j'ai vu Georges. Il a vingt-quatre ans maintenant, deux ans de plus que moi, et il est en la faculté de Toulouse. Ses yeux n'ont pas changé : toujours bleus avec un peu d'étoiles de pluie dans la pupille.

Un sourire aux lèvres, Lisà écoute son aînée lui raconter comment il est merveilleux d'être amoureuse juste avant de le savoir.

Qu'ils sont doux les matins de week-ends. La maison n'est plus une coquille vide. On revient chauffer le nid. Autour de la table ordonnée de la cuisine s'entremêlent les affaires et les éclats de rires.
Dans la théière, le thé est froid depuis longtemps quand la fille se tait. Lisa n'ose pas encore terminer la conférence avec la formulette de fin de conte. Trop tôt. Le conte n'est pas terminé, le conte n'est pas fini, le chagrin n'est pas arrivé,  le chagrin  se fait en chemin …

Lisa regarde Louise. À contre-jour, les cheveux brillent, franchement roux maintenant, comme elle. Une fois de plus elle la trouve jolie. Elle ne revient plus chaque week-end. La vie elle la fait ici, entre faculté et travail. Avec de nouveaux amis. Des cercles de vie autres que celui de la maison. Cependant, quand elle revient, les conversations fusent , les liens filent un peu mais lâches, doux cependant.. Un partage d'adultes qui se fait dans des échanges. Et ils sont précieux à Lisa en ces moments. Elle se demande parfois si elle ne vivrait pas que pour cela … La peine d'écouter battre la vie de sa fille dans des veines jeunes et différentes. Et en faire des contes. Maintenant, ce sont vingt ans de vie qui peuvent se répartir en dix ans d'histoires du soir, dix ans d'histoires du matin.

Avec Romain, c'est différent. Il est loin. Parti pour des études qui le fixent dans un circuit prédéterminé. Il sera pilote d'avions. L'ailleurs est inscrit dans son horizon. Il téléphone de temps en temps. On échange affaires et questions. Des décisions qui sont parfois débattues plus sérieusement, le garçon se trace le chemin.  Peut-être, plus tard, il reviendra ... S'il faut … S'il veut …

Louise se lève, ouvre une porte de l'armoire, y cherche dedans.

Maman, et si nous faisions un gâteau au chocolat aujourd'hui ? Je voudrais m'en porter un morceau à Toulouse.

D'accord, mais il faut d'abord mettre un peu d'ordre dans cette cuisine. Regarde tout ce bazar sur le buffet … Et dans le salon, des journaux et de la poussière partout.

Et bien oui, il me semble qu'il y a un peu de laisser-aller ici-dedans. Tu es fatiguée maman ?

Peut-être un peu, mais je vais m'y mettre … Je suis tellement heureuse de ces moments avec toi que je voudrais les faire durer …

Je t'aide et, après, nous irons nous promener toutes les deux.

D'ac, mais d'abord il me faut remuer le feu.

Je m'en charge.

Non, laisse, je le fais.

Devant la fenêtre, Lisa regarde le jardin. Aujourd'hui il neige. Il va falloir secouer les branches des rosiers. Alice, la vielle voisine nous en avait donné des boutures. Ils deviennent beaux et sont grands maintenant. Alice n'est plus, mais à chaque printemps, un délicat chemin de parfums lui rappelle rires et complicité avec Alice. Elle ne ne voudrait pas manquer ce rendez-vous de fleurs. Elle revient, Lisa, pour secouer la braise et recharger la cheminée. La porte de la remise à bois grince.
Au pied du tas de bois, le panier attend d'être rempli …
"Aimer, c'est fendre le bois pour demain", cette petite phrase, jamais Lisa ne l'a oubliée. Elle est écrite sur une carte que Sylvain lui avit envoyée quand ils s'étaient séparés il y a quelque temps. Les coups pèsent trop. Elle ne savait expliquer ses douleurs. Et, le peu qu'elle savait dire, Sylvain ne voulait pas l'entendre. Il revint, Sylvain, à la maison. Parfois, il fit soleil. Mais un soleil d'hiver. Un soleil de peur. Une chaleur grise, à peine tiède, générée de la peur du grand déchirement. Un temps les fonctionnements changèrent.
Un temps il y eut équilibre.
"Aimer, c'est fendre le bois pour demain".
Fendre le bois, mettre de l'énergie à se protéger, vouloir d'autres demains, les vouloir chaleureux, s'assurer de savoir toujours regarder devant à deux.

Aujourd'hui encore, la remise est quasiment vide. Faire le bois est devenu un travail pesant, qui coûte trop à Sylvain. C'est à Lisa de le faire entrer. Maintenant ce sont d'autres qui coupent le bois pour demain. Quand ils viennent le livrer, Sylvain, lui, fait un chèque.

Lisa prend un panier, et quand elle sort, Sylvain descend les escaliers
:
Tu vas chercher du bois ?

Oui.

Il n'y en a plus ?

Pas trop …

Il faudra en commander ?

Oui.

Tu le feras ?

Oui, demain.

Les pas de Lisa vont de rosier en rosier. D'un geste ferme et doux elle enlève la neige qui menace la solidité des branches. Juste un pincement et la poussière cristalline s'envole. Un de ces petits gestes qui sauvent l'espoir. L'espoir pour demain. Quand tant de demains se sont empilés, quand tant de demains se sont entassés. Un petit geste. Celui qu'il faut et rien de plus.

 

Mamà, mamà ça-i, escota'm. Ger a ser ena serada de Sofia que vii a Jòrdi. Qu'a vint e quate ans ara, dus ans de mes que jo, e qu'ei ena facultat de Tolosa. Eths sués uelhs n'an pas cambiat : tostemps blus dab un drin d'estelas de ploja ena nina.

Un arrisolet en pòts, Lisà qu'escota er'ainada a condà'u quin ei meravilhós d'èster amorosa juste abans de saber d'ac.

Que son doç eths maitins de dimenjadas. Era maison n'ei mes ua quesca vueita. Que's torna de hèr nidau calorent. Ath entorn dera taula ordona dera cosina que s'entremèsclan eras hèitas e eths esclacaders d'arríders.
Ena teièra, eth tè qu'ei hered desempuish longtemps quan e's cara era gojata. Non gausa pas encòra Lisà clavar era conferéncia dab era formuleta de fin de conta. Tròp lèu. Eth conte n'ei pas acabat, eth conte n'ei pas fenit,  eth chegrin
n'ei pas arribat,  eth chegrin que's hica en camin …

Lisà que gaita a Loïsa. A contre lutz, eth peu que'u luseih, francaments arrós ara, com era. Un còp de mes que la se tròba beròja. Ne torna pas mes cada dimenjada. Era vita que la se harga aciu, entre facultat e tribalh. Dab amics naus. Cèrcles de vita autes qu'aqueth de casa. Totun, quan torna, que corren eras convèrsas, que hialan ligams drin mes es·hloish, autan doç totun. Un partatge d'adultes que's hè ens escambis. E que lo son preciós a Lisà aqueths moments. Que's demanda a còps se non viveré sonque entad açò … Eth gòi d'escotar a bàter era vita dera sua mainada en veas joenas e diferentas. E hèr-ne condes. Ara, que son vint ans de vita qui's pòden despartir en dètz ans d'istòrias de ser, dètz ans d'istòrias de maitin.

Dab Roman, qu'ei diferent. Qu'ei luenh. Partit entà estudis de qui lo hican en un circuit predeterminat. Pilòta d'avions que serà. Eth aulhors qu'ei inscrivut en orizont sué. Que telefòna de quan en quan. Que s'escambian hèitas e questions. Decisions que son a còps debatudas mes magements, eth gojat que's tralha eth camin. Dilhèu, mes tard, e tornarà ... Se cau … Se vòu …

Loïsa que's lhèva, qu'aubreish ua pòrta dera limanda, que i talaja dehens.

Mamà, e hasóssiem ua còca de chicolat uei ? Que me'n volerí portar un tròç a Tolosa.

Tot parelh, mès premèr que cau hicar drin d'ordi en aquera cosina. Espia tot aqueth atramalh sus eth bufet … E en salon, jornaus e prova de pertot.

E ben òc, que'm sembla que i aja drin de desanar ací dedens. Qu'ès lassa mamà ?

Dilhèu drin, mès que m'i vòi hicar … Que sòi talaments urosa d'aqueths moments dab tu que los volerí hèr durar …

Que t'aidi e, après, que nse n'anneram passejar totas duas.

D'ac, mès premèr que'm cau tornar segotir eth huec.

Que me'n cuedi.

Non, dèisha, qu'at hèi.

Davant era hiestra, Lisà qu'espia eth casau. Que nèva uei. Que va càler segotir eras brancas deths arrosèrs. Alícia, era vielha vesia que'u n'ageva balhat boturas. Que gahèn beròi e que son grans ara. N'ei mes adara Alícia, mès a cada printemps, un delicat camin de perhums qui lo dísen arríders e complicitat dab er'anciana. No's voleré mancar aqueth arrendetz-ve de flors. Que's vira, Lisà, tà segotir era brasa e tornar cargar era chemineja. Era pòrta deth lenhèr que carrasqueja. Ath pè dera piala, eth tistalh que demora d'estar pleat … "Aimar, qu'ei héner era lenha tà doman", aquera frasòta, jamés ne la s'a desbrembada Lisà. Qu'èra escrivuda sus ua carta de qui Silvan e l'ageva enviada quan s'èran desseparats quauque temps a. Tròp que pesavan eras tumadas. Era non sabeva explicar eras suas dolors. E, eth pòc de qui sabeva díser, Silvan n'ac voleva enténer. Eth tristèr que pesava totun e que's tornèn de ligar. Que tornè, Silvan, a casa. Quauque temps, que i avó só. Mès un só d'ivèrn. Un só de paur. Ua calor grisa, a penas tièba, genuda dera paur deth esperrecar gran. Un temps que cambièn eths foncionaments. Un temps que i avó equilibre. "Aimar,
qu'ei héner era lenha tà doman
".
Héner era lenha, hicar energia a progetar-se, voler d'autes domans, volé'us calorents, assegurar-se de saber tostemps gaitar davant a dus.

Uei encòra, eth lenhèr qu'ei quasi vueit. Hèr lenha qu'èra devencut un tribalh pesant, qui tròp costava a Silvan. Qu'èra a Lisà de hè-ne entrar. Que'n son d'autes ara de qui copan lenha tà doman. Quan la vien liurar, Silvan, eth, que hè un chèc.

Lisà que pren era tista, e quan sorteish, Silvan que devara eths escalèrs :

Que vas cuèlher lenha ?

Òc.

Que'n sobra ?

Pas tròp …

Que'n calerà comandar ?

Òc.

Qu'ac haràs ?

Òc, doman.

Eths pas de Lisà que van d'arrosèr en arrosèr. D'un gèsto fèrme e doç que tira era nèu qui miaça era soliditat deths brancs. Juste un pechic e que s'esparvòla era prova cristalina. Un d'aqueths gèstos petits qui sauvan er'ahida. Er'ahida entà doman. Quan tantes domans e's son apielats, quan tantes domans e's son amolonats. Un gèsto petit. Eth de qui cau e sonque.


E tric e tric lo conte dera lenha tà doman es fenit,
e tric e trac, lo conte dera lenha tà doman es acabat !

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site