L'ENRICON DE BEARN E LO PAISAN de Yan Palay (Bearn).

L'ENRICON DE BEARN E LO PAISAN 

  de Yan Palay (Bearn)

Tout le monde sait que le petit Henri de Béarn

Aimait les paysans, puisqu'il voulait, qu'un jour,

Ils puissent mettre, dans  la marmite (de terre), la poule,

Au moins chaque dimanche, au lieu d'un peu de lard

Qui nageait tout bête à l'intérieur du pot.

Le pouvoir ne l'avait pas du tout rendu vaniteux,

Et quand il venait à Pau  faire quelque promenade,

Il serrait la main, comme un vieux camarade,

À tous ceux qu'il connaissait sans y faire de façon.

Le fait que vous allez connaître, loin d'être un conte,

Vous dira, plus tôt, comment il traitait son monde

Quand lui venaient les bonnes occasions.

Après avoir troqué Paris pour une messe,

Il voulut bien revoir un petit peu les Béarnais ;

Étincelant d'or, il était fier comme un Suisse,

Ce n'est plus le petit Henri, c'est le roi de France.

À ses yeux, le paysan valait autant que le noble,

De l'un plus que l'autre, il pouvait tolérer.

Quand il eut reçu l'accueil du petit peuple,

Il invita le grand monde à venir festoyer.

Il donne rendez-vous au château de Coarraze

Que, dans son enfance, il appeleit "sa maison".

Le jour dit, comtes, marquis, barons,

Grands de tout style arrivaient aux aurores,

La fine épée au côté, le chapeau orné de plumes,

Et, des pieds jusqu'à la tête, diaprés (bariolés) de galons.

Un paysan du lieu, qui labourait sa terre,

Se dit : « Mais, où vont ces gens de guerre ? »

Intrigué, l'homme se propose

D'appeler le premier qui passât à sa portée,

C'était justement Henri qu'il vit dans le virage.

Très poli, le paysan s'approche d'abord,

Dans une main le béret, dans l'autre l'aiguillon :

« Pardon, Monsieur, lui dit-il (il te lui dit), écoutez s'il vous plaît :

Savez-vous ce qu'il y a de nouveau aujourd'hui au Château ?

Il est passé tant de monde ce matin,

Moi, pauvre petit paysan, je ne sais pas en rendre compte :

Il n'y aurait pas au moins quelque guerre peut-être ? »

N'aies pas peur, l'ami, non, non, grâce au ciel !

Ne sais-tu pas que l'Henri est maintenant roi de France ?

Il a invité pour aujourd'hui toute cette vermine

De nobles, de seigneurs pour venir le fêter,

Et, comme tu peux le penser, il les invite à dîner ;

Tout le Béarn est cette nuit en grande réjouissance.

Que diable me dites-vous ! Je n'en sais rien !

Pauvre petit Henri ! Je l'ai connu tout enfant !

Ne viendra-t-il pas se faire voir un peu au village ?

S'il était roi, cepandant, ce serait son devoir,

Moi, je voudrai bien le revoir, ma foi !

Il me semble que je donnerais la moitié de ma vie.

Eh bien ! Monte en croupe ici derrière avec moi.

Merci beaucoup, Monsieur, je vous ferai déshonneur,

Le pur ne va pas auprès du laid .

Allez, monte ici, tu verras le roi.

Demain, il ne sera plus temps ; si tu veux le voir, c'est aujourd'hui.

Et donc, tenez, excusez si je vous importune beaucoup,

Je monte derrière vous, je veux voir l'Henri.

Pour passer au plus court je vais vous guider,

Nous allons aller tout droit par cette rue.

En chemin, le paysan dit au cavalier :

« Comment vais-je faire, Monsieur, pour pouvoir le reconnaître ?

C'est très facile, tu vois, ici derrière

Tu regarderas : dès que le roi va paraître,

Tous se décoifferont sauf lui, fais-y attention ! »

En quatre pas, ils furent à la porte d'entrée.

Dès qu'apparurent nos deux cavaliers,

Tous, en se découvrant, font une révérence ;

Autour d'eux se rangeaient de nombreux écuyers,

Le roi salue tout en baissant l'épée.

Le brave homme, curieux, regardant de tout côté,

Afin de voir celui qui ne sera pas décoiffé,

Ne vit rien du tout ; Henri se retourne

Et dit au paysan, qui voit de quoi il retourne :

« Allons donc, as-tu reconnu qui est le petit Henri ?

Bien sûr, par Dieu ! – Et qui est-ce ? – Monsieur, c'est vous ou moi !»

 

Tot lo monde que sap que l'Enricon de Bearn

Qu'aimava los paisans, puishque volè, qu'un dia,

Que podessen botar, hens l'ola, la garia,

Au mens cada dimenge, au lòc de drin de lard

Que navava tot pèc per dehens la topía.

Lo póder l'avè pas rendut briga grandós,

E quan vienè tà Pau har quauqua passejada,

Que tocava la man, com un vielh camarada,

A tots los coneguts shens d'i hicar faiçons.

Lo fèit que vatz sàber, luenh d'estar briga un conde,

Que'v diserà, mei lèu, quin tractava son monde

Quan lo vienèn decap las bonas aucasions.

Après aver trocat París per ua missa,

Que voló bien revéder un drinòt los Bearnés ;

Eslambrequejan d'aur, qu'èra fièr com un Suisse,

N'ei pas mei l'Enricon, qu'ei lo rei deus Francés.

Aus sons uelhs, lo paisan qu'èra autan que lo nòble,

De l'un mei que de l'aut, e que's podè  pairar.

Quan avó recebut l'arcuelh deu petit pòble,

Qu'envita lo gran monde au viéner hestejar.

Que balha rendetz-vos au castèth de Coarrasa

On, quan èra mainatge, aperava "a sa casa".

Entau dia endicat, contes, marquís, barons,

Grans de tot escantilh qu'arribavan a brumas,

Fina espada au costat, chapèu flocat de plumas,

E, deus pès dinc'au cap, pingorlats de galons.

Un paisan de l'endret, qui laurava la tèrra,

Que's disè : « Mes, on van aquera gent de guèrra ? »

Entrigat, antanlèu l'òmi que's prepausa

D'aperar lo purmèr que passèsse a portada,

Qu'esté juste Enricon qui vi sus la virada.

Tot polit lo paisan d'abòrd que s'apressa,

D'ua man lo berret, de l'auta l'agulhada :

« Hèi, Mossur, se'u te dit, escoutatz si vos plèt :

E sabetz çò qui i'a de nau uei au Castèth ?

Tot aqueste matin que passa tan de monde,

Jo, praube paisantòt, ne'm sèi pas rénder conde :

N'averem pas au mens quauqua guèrra bèthlèu ?

N'ajas pas paur, amic, non, non, gracias au cèu !

Sabes pas que l'Enric ara qu'ei rei de França ?

Qu'a convidat tà uei tota aquera minjança

De nòbles, de senhors tà'u viéner hestejar,

E, com pòdes pensar, que'us envita a disnar ;

Tot lo Bearn qu'ei a nueit en gran rejoissença.

Que lo diable e'm disetz ! Non sabi pas arren !

Praube Enricon ! Que l'èi conegut tot mainatge !

Non's vienerà pas har véder drin peu vilatge ?

Quan serà rei, totun, que seré son déver,

Jo que volerí plan revéser'u, per-ma-fé !

Que'm sembla que dari la mieitat de ma vita

E donc, té ! Puja en trossa aquiu darrèr dab jo.

- Mercés hèra, Mossur, que'v hari desaunor,

La blosa non va pas auprès de la levita.

Anem, puja't aquiu, que vederàs lo rei.

Doman n'èi pas mei temps ; si'u vòs véder, qu'ei uei.

E donc, tietz, escusatz si v'emportuni hèra,

Que puji darrèr vos, que voi véder l'Enric.

Tà passar peu mei brac que'v bau balhar l'endic,

Que vam traucar tot dret per aquesta carrèra.

Peu camin, lo paisan que dit au cabalièr :

« Quin vau har jo, Mossur, tà'u póder reconéisher ?

Qu'es hèra plan campat, vedes, aquiu darrèr

Que guaitaràs : tanlèu que lo rei va paréisher,

Tots que's descoharàn sonque eth, hè-i attencion ! »

En quate pas qu'esten sus la pòrta d'entrada ;

Tanlèu com parescon nostes dus cabalièrs,

Tots, en se decobrint, que dan ua colada ;

Autorn d'eths que's ranjan un tropèth d'escuièirs,

Lo rei que saluda tot en baishant l'espada.

Lo brave òmi, curiós, guaitant de tot costat,

Entà guinhar lo qui non s'èra descohat,

Non vedè pas arrés ; Enric que s'arrevira

E que dit au paisan, qui vet de que's devira :

« Viam donc, as conegut quau èra l'Enricon ?

Plan, per Diu !   – E quau ei ?    – Mossur, qu'ei vos o jo ! »

 

 

E tric e tric, lo conte de l'Enricon e deu paisan es fenit,
e tric e trac, lo conte de l'Enricon e deu paisan es acabat !

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site