LO CURÈ DE SERON E LO MONGE de Yan Palay (Bearn).

LO CURÈ DE SERON E LO MONGE  

 de Yan Palay (Bearn)

 Amis, je vais vous conter, si je peux vous rendre joyeux,

 Une autre histoire au sujet du curé de Séron.

Je vous dirais tout de suite, l'histoire vient d'arriver,

Que le brave curé avait peu de mémoire.

Pour marquer le dimanche, il avait sept paniers

Qu'il portait, un par un, chaque jour dans une remise ;

Quand ils étaient tous passés, alors c'était samedi :

Il remplaçait ainsi les nouveaux calendriers.

Une fois, il s'était oublié la manœuvre,

Il lui restait un panier le dimanche matin.

Il va dire sa messe, à l'heure habituelle,

Et, tout content d'avoir fini tôt sa journée,

Il s'en va déjeuner sans autre souci.

Le sonneur de cloche (bedeau), avant de sonner la grand-messe,

Allait, chaque dimanche, avertir le curé.

Il le trouva attablé devant un beau foyer,

Face à face avec un poulet et une marie-jeanne

De ce vin qui noyait aussitôt l'ennui.

Vous n'y pensez pas ! Monsieur, lui dit le bedeau,

Vous ne voulez pas dire la messe avec mal d'estomac ?

C'est dimanche, au moins, aujourd'hui !  – Tais-toi donc, radoteur !

Dimanche c'est demain, suivant mon almanach.

Il est faux comme celui qui indique le vent et la pluie.

L'almanach, en vérité, pourrait mentir …

Voyons si la Casaussus a pris sa robe rouge … **

Allez, vous vous êtes trompé !  – Et donc, je bois un coup de vin,

Sinon je peux dire des bétises à la messe (avec mauvaise surprise) **

Mais toi, sonne toujours,nous verrons à la fin.

Dix heures avaient sonné, le curé arriva,

C'était l'heure où il disait la grand-messe.

En montant à l'autel il dit aux paroissiens :

« Chers frères, il m'est arrivé un malheur ; je ne peux pas

Recevoir ni bénir aujourd'hui la sainte hostie,

J'ai avalé, en venant, un moucheron par le nez.

À la place, chers frères, je vais dire une bénédiction **

Et il n'y aura pas de messe après. »

L'office, comme vous le pensez,quelque peu bâtard …

Un moine, pied-nus, qui parcourait la contrée,

Était dans l'église, cette fois, par hasard,

Et trouva la messe un peu décousue. **(déchirée)

Il le dénonça à l'évêque en disant qu'il était sot,

Et qu'il n'avait aucun respect pour les saints mystères.

L'évêque lui écrit, aussitôt, de Bayonne,

De venir tout de suite, auprès de lui, en personne,

Pour lui donner quelques explications.

Le curé vit d'où vient le coup de fronde

Et part, aussitôt, rageur contre le moine,

Mais sans savoir comment faire prévaloir ses raisons.

Il arrive à l'Évêché, frappe à la porte,

Dit qui il est, et Monseigneur le reçoit aussitôt ;

Jusqu'auprès de son maître un valet l'escorte.

(La courbette bien sûr était un peu grave).

Aussitôt le prélat lui donne une chaise

Et lui dit : « Assieds-toi donc, tu es, je pense, fatigué ? »

Le curé lui répond : « Monseigneur, grand merci,

Le valet ne s'assoie pas quand le maître est debout.

Voyons, mais précisément, je suis le maître ici,

Je peux faire ce qui me plaît, c'est aux autres d'obéir.

Je m'assieds, Monseigneur, puisque c'est votre désir. »

Jugez si le curé mesurait la phrase,

S'il pesait les mots et s'il faisait fin.

Voyons, on m'a écrit, si je crois, sans malice,

Se reprend Monseigneur, que tu raccourcissais la messe,

 Et que tu avais la réputation d'être un peu tête-en-l'air.

Si je t'ai fait demander, c'est pour me rendre compte ;

 Je vais t'interroger et je serais fixé.

 – Voyons, où était Dieu avant de créer le monde ?

 – Chez lui, Monseigneur, il était maître partout.

 – Fort bien répondu ! Mais ce n'est pas tout,

 Je vais seulement te poser encore une question.

 Dieu était donc chez lui. Et qu'y faisait-il ?

 – Eh, pour sûr, comme vous, ce qui lui plaisait bien,

 Le valet obéit, le maître commande.

 – Allons, tu n'es pas bête du tout, je suis content de toi,

 Tu peux t'en revenir, va reprendre ton poste

 Et, dorénavant, méfie-toi de quelqu'un

 Qui connaît le rituel et qui circule par chez vous.

 Le curé prit congé de Monseigneur

 Et le dimanche fut rendu à Séron.

 Tout le long du chemin, dans la diligence,

 Il avait calculé sa vengeance contre le moine.

 Il pensa, qu'au retour, il viendrait l'écouter,

 Et il sera prêt pour le mortifier.

 Il monta à l'autel, la messe commença,

 Et le moment venu, il se mit à préciser :

 « Mes très chers frères, dit-il, j'arrive de Bayonne ;

 J'ai parlé à Monseigneur, j'ai baisé son anneau ;

 Tout de suite il m'a reçu en personne,

 Et a même voulu me faire déjeuner avec lui.

 Il m'a dit de vous prêcher notre sainte religion.

 Aujourd'hui, je vais vous expliquer la Sainte Trinité,

 Mystère des plus beaux que Dieu a révélés

 Et qui ne se comprend pas de façon courante.

 Écoutez-moi donc un peu, n'ayez pas d'autre souci.

 C'est un Dieu fait en trois, et tous trois ne font qu'un.

 Pour comprendre vous en avez pour longtemps (voir les sept lunes !)

 Je vais vous aider. Voyons, une fourche a trois dents,

 Toutes les trois ne font-elles pas qu'une fourche, pour sûr ?

 Le trépied pour tailler la vigne a trois pieds, il n'est qu'un.

 Une autre comparaison plus à votre portée.

 Vous avez tous vu un moine, ici, dans la contrée ?

 Il est barbu comme un bouc, pied-nu comme un chien,

 Ceint comme un baudet avec une corde de laine.

 Trois choses qui n'ont pas l'air d'être reliées, (de faire chaîne) **

 Et bien, chers frères, elles ne font qu'un seul et même moine.

 Le moine nu-pied se sauva comme il pût

 Et on ne le vit plus courir du côté de Séron.



 

** la Casaussus : qu'es lo nom d'un personnatge recurrent, com disen a la television d'adara, presenta dens un frem (hèra) de contes de Yan Palay.

 ** Aver hum de cuja : las cujas que son quauques còps boharòcas (véreuses), voeidas e, quan las aubreishen, non s'en tira que hum. Com de segur, non hè pas plàser. Aver hum de cuja, qu'ei aver ua suspresa desagradabla. 

**Ua antipalha : qu'es ua simagrèia de magia dab formulas, ací qu'es ua missa shens los sacraments, ua benediccion com per quauques entèrraments d'adara. 

Amics, que'vs vau condar, si'vs poish balhar gaujor,

Ua auta hèita au subjèct deu curè de Seron.

 Que'vs diserèi de tira, van d'aviar l'istòria,

Que lo brave curè qu'èra brac de memòria.

Tà mercar lo dimenge, e, qu'avè sèt tistèths

Qui portava, un per un, tot dia en ua recatta ;

Quan tots èran passats, lavetz qu'èra dissabte ;

Que remplaçava atau los armanacs navèths.

Per bèth còp, que s'avè desbrombat la corvada,

Que i sobrava un tistèth lo dimenge matin.

Que va díser sa missa, a l'òra acostumada,

E, tot content d'aver d'òra hèit sa jornada,

Que se'n anà'sdejuar shens nat aute soci.

Lo campanaire, abans de trigar missa grana,

Qu'anava, tot dimenge, avertir lo curè.

Que'u trobà ataulat davant un bèth larèr,

Cap e cap d'un polet e d'ua maria-jana

D'aqueth vin qui negava autanlèu l'adirèr.

Ne'i pensatz pas ! Mossur, si'u dit lo campanaire,

Non voletz pas dar missa avè mau d'estomac ?

Qu'ei dimenge, au mens, uei !  – Cara-te donc, repipaire !

Dimenge qu'ei doman, suvant mon armanac.

Qu'ei faus com lo qui merca e lo vent e la ploja.

L'armanac, en vertat, que poderé mentir …

Viam si la Casaussus a prés la pelha roja …

Anatz que vs'etz trompat !   – E donc, beu un còp vin,

Sinon poish missejar qu'averan hum  de cuja.

Mes tu, tranga tostemps, que vam véder a la fin.

Las dètz qu'avèn trucat, lo curat que s'amià,

Qu'èra l'òra on disè la missa de haut-dia.

En pujant sus l'autar que dit aus parroquians :

« Cars hrairs, que m'a vienut un malur ; non poish pas

Recéber e benadir de uei la senta ostia,

Qu'èi avalat, en vienent, un moscaron peu nas.

En-per, cars hrairs, que vau díse'vs ua antipalha

E ne i avèra pas après missa qui valha. »

L'aufici, com pensatz, qu'esté bèth drin bastard …

Un monge, pè-descauç, que corrè la contrada,

Qu'èra dehens la glèisa, aqueth còp, per azart,

E que trobà la missa un drin esperrecada.

Que'u denonçà a l'avesque en disent qu'èra pèc,

E taus misteris sents que n'avè nat respèct …

L'avesque que l'escriu, antanlèu, de Baiona,

De viéner tot de tira, auprès d'eth, en persona,

Entà vóler balhar quauquas explicacions.

 Lo caperan que ved d'on vien lo còp de hona

E que parteish, còp sec, contra au monge raujós,

Mes shens saber quin har prevàler sas rasons.

Qu'arriba a l'Avescat, que tusteja a la pòrta,

Que's noma, e Monsenhor que'u receb autanlèu ;

Dinc'auprès de son mèste un vailet que l'escòrta.

(La corbada au segur que l'èra drin de grèu).

Antanlèu lo prelat que'u balha ua cadièra

E que'u dit : « Set-te donc, qu'ès, pensi, fatigat ? »

Lo curè que'u respon : « Monsenhor, mercés hèra,

Lo vailet ne's set pas quan lo mèste es quilhat.

Viam, mes precisament, que soi lo mèste a casa,

Que poish har çò qui'm platz, qu'ei aus auts d'aubedir.

Que'm sedi, Monsenhor, puishqu'ei vòste desir. »

Jutjatz si lo curè mesurava la frasa,

Si pesava los mots e si tirava au fin.

Viam, que m'an escrivut, si credi, shens maliça,

Si repren Monsenhor, qu'estroçavas la missa,

E qu'avès lo renom d'estar drin cap-variat.

Si t'èi hèit demandar, qu'ei entà'm rénder conde ;

Que vau interrogar't e que serèi fixat.

Vejam, on èra Diu abans non hè lo monde ?

A casa, Monsenhor, qu'èra mèste pertot.

Hèra plan responut ! Mes aquiu n'ei pas tot,

Que vau solament har't enqüèra ua demanda.

Diu qu'èra donc a casa. E qu'ei çò que hasè ?

E, per segur, com vos, çò qui plan lo plasè,

Lo vailet qu'aubedeish, lo mèste que comanda.

Anem, n'ès pas nat pèc, que soi content de tu,

Que t'en pòdes tornar, ven repréner ton pòste

E, d'aras en abans, meishida't de quauqu'un

Qui coneish lo rituèl e qui rotla per vòste.

Lo curè que prenó conget de Monsenhor

E qu'estè lo dimenge arribat a Seron.

Tot lo long deu camin, dehens la delegença,

Contra au monge qu'avè carculat sa vengença.

Que's pensà, qu'au tornar, que'u vienorà escotar, (futur du passé !)

E que serà aprestat entà l'escamusar.

Que pujà sus l'autar, la missa que començà,

E lo moment vienut que's botà a precisar :

« Mons très chèrs hrairs, se dit, qu'arribi de Baiona ;

Qu'èi parlat Monsenhor, qu'èi baisat son anèth ;

Tot de tira que m'a recebut en persona,

E qu'a volut medish har'm esdejuar dab eth.

Que m'a dit de'vs prechar noste religion senta.

Uei, que'vs vau explicar la Senta Trinitat,

Misteri deus mei bèths que Diu a revelat

E qui non's compren pas d'ua faiçon corenta.

Escotatz-me donc un drin, n'ajatz pas d'auta coenta.

Qu'ei un Diu hèit en tres, e tots tres non hèn qu'un.

Tà compréner que vs'i vederetz la sèt luas,

Que'vs vau aidar. Vejam, un horcat qu'a tres puas,

Totas tres non hèn pas qu'un horcat, per segur ?

La craba de podar qu'a tres pès, qu'ei tot un.

Ua auta comparason mei a vòsta portada.

Qu'avetz tots vist un moène, ací, hens la contrada ?

Qu'ei barbut com un boc, pè-descauç com un can,

Cintat com un bidet dab ua còrda en lan.

Tres causas que n'an pas plan l'air de har "chaine",

Ebé, cars hrairs, non hèn qu'un sol e medish moène.

Lo monge pè-descauç que sauvà com podó

E ne'u vedon pas mei a córrer per Seron.

 

E tric e tric, lo conte deu curè de Seron es fenit,
e tric e trac, lo conte deu curè de Seron es acabat !

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site