LAS TRETZE VERTATS.

LAS TRETZE VERTATS 

 randolejada de Lomanha.  

Randolejada, randonnée (Antonin Perbosc):
Elle est appelée, par les enfants,
conte en escaleta, conte en petite échelle, et se compose d'une montée, la montada, et d'une descente, la devalada.

La montada est un récit énumératif exposant des faits surprenants, dont chaque phrase, dite sur le même ton, tient sous son charme tant que dure la montada.

Après un temps d'arrêt, c'est la devalada qui se dit très vite, où chaque phrase est une réplique à l'une des phrases de la montada et qui se termine par une conclusion, le plus souvent comique.

Las tretze vertats, aquesta randolejada estoc collectada a Comberouger, país d'Antonin Perbòsc, en Lomanha, dens Tarn-e-Garona, en 1905.

 

Il y avait une fois un homme et une femme qui étaient bien pauvres. Ils avaient six enfants et n'avaient rien pour manger.Tous les jours, l'homme allait mendier pour essayer de nourrir sa famille. Un jour, en chemin il rencontre un monsieur tout habillé de rouge qui lui demanda :

« Où vas-tu ?

Monsieur, je vais mendier, lui répondit-il. J'ai une femme et six enfants et je n'ai pas de quoi les nourrir.

Écoute ! dit l'homme rouge. Je te donnerai de quoi vivre pendant sept ans, à condition qu'au bout de ce délai, tu saches me dire les treize vérités. Si tu ne peux me les dire, ton âme m'appartiendra. En outre, tu ne devras, pendant ces sept années, permettre à qui que ce soit d'entrer chez toi, ni même permettre
qu'on frappe des coups sur la table.

Il me faut dire cela à la femme et je verrai ce qu'elle en pensera » dit le pauvre. Il retourna chez lui et conta cela à sa femme.

« Oh ! dit celle-ci, treize vérités ! Nous les trouverons bien assez ! Dis-lui que oui. »

Et l'homme alla dire au monsieur vêtu de rouge que le marché était conclu.

Quand il fut de retour à la maison, il trouva sur la table le dîner prêt avec viande, vin et tout ce qu'il fallait. Et, désormais, il eut tout ce qu'il voulut. Il n'avait qu'à formuler un souhait et celui-ci était immédiatement réalisé.

Au bout de sept ans, M. Saint-Martin dit à Notre-Seigneur :

« Seigneur, il y a huit âmes justes qu'ifaut aller sauver sinon le Diable les emporterait.

Vas-y, dit Notre-Seigneur. »

M. Saint-Martin alla à cette maison et il dit à l'homme :

« Voulez-vous me laisser entrer chez vous ?

Oh ! Non, répliqua l'homme, cela est impossible. »

Mais M. Saint-Martin entra quand même et il alla droit à la table et, au premier coup qu'il donna, des couleuvres et des crapauds en sortirent. Alors, M. Saint-Martin dit :

« Voilà de quoi vous vivez ! Mais n'ayez pas peur ! C'est ce soir que vous devez dire les treize vérités. Allez au lit, moi, je vais me mettre au coin du feu et, quand le moment sera venu, je répondrai à votre place. »

 

Alors, tout le monde alla se coucher et M. Saint-Martin s'assit au coin du feu.

À minuit, on entendit : Tran ! Tran ! à la porte.

« Qu'est-ce que c'est ? demanda M. Saint-Martin.

Hé ! C'est moi. Les sept années sont passées, mon homme, c'est l'heure de me dire les treize vérités. Es-tu prêt ?

Oui, parle ; je te répondrai.

Qu'est-ce qui est un ?

Un bras dominus.

Qu'est-ce qui est deux ?

Deux tables mages, un bras dominus.

Qu'est-ce qui est trois ?

Trois partages, deux tables mages, un bras dominus.

Qu'est-ce qui est quatre ?

Quatre évangiles selon Dieu, trois partages, deux tables mages, un bras dominus.

Qu'est-ce qui est cinq ?

Cinq livres de Dieu, quatre évangiles selon Dieu, trois partages, deux tables mages, un bras dominus.

Qu'est-ce qui est six ?

Six apparitions, cinq livres de Dieu, quatre évangiles selon Dieu, trois partages, deux tables mages, un bras dominus.

Qu'est-ce qui est sept ?

Sept chandeliers, six apparitions, cinq livres de Dieu, quatre évangiles selon Dieu, trois partages, deux tables mages, un bras dominus.

Qu'est-ce qui est huit ?

Huit âmes justes, sept chandeliers, six apparitions, cinq livres de Dieu, quatre évangiles selon Dieu, trois partages, deux tables mages, un bras dominus.

Qu'est-ce qui est neuf ?

Neuf cœurs d'anges huit âmes justes, sept chandeliers, six apparitions, cinq livres de Dieu, quatre évangiles selon Dieu, trois partages, deux tables
mages, un bras dominus.

Qu'est-ce qui est dix ?

Dix barbedieux, neuf cœurs d'anges huit âmes justes, sept chandeliers, six apparitions, cinq livres de Dieu, quatre évangiles selon Dieu, trois partages, deux tables mages, un bras dominus.

Qu'est-ce qui est onze ?

Onze disciples, dix barbedieux, neuf cœurs d'anges huit âmes justes, sept chandeliers, six apparitions, cinq livres de Dieu, quatre évangiles selon Dieu, trois partages, deux tables mages, un bras dominus.

Qu'est-ce qui est douze ?

Douze apôtres, onze disciples, dix barbedieux, neuf cœurs d'anges huit âmes justes, sept chandeliers, six apparitions, cinq livres de Dieu, quatre évangiles selon Dieu, trois partages, deux tables mages, un bras dominus.

Qu'est-ce qui est treize ?

C'est treize contes et treize barres au soleil. »

Alors, le Diable connut à qui il avait à faire.

« Ah ! c'est toi, Saint-Martin ! dit-il.

Oui ; moi, je suis dedans et toi, tu es dehors. Retourne-t'en là d'où tu es venu.»

Aussitôt le Diable disparut. Et le pauvre homme fut sauvé de ses griffes.

 

Aquí que i avè, un còp, un òme e una hemna hèra paures.  Avèn sièis dròlles e n'avèn pas res per minjar. Cada jorn, l'òme anava a l'aumòina per les noirir. Un jorn, en camin, trobèc un monsur tot vestit de roi que li dissèc :

« Ont vas ?

Monsur, vau a l'aumòina. I a jo, ma hemna e nòstes sièis dròlles, e n'avèm pas res per minjar.

Escota ! dissèc l'òme roi. Se d'ací a sèt ans me dises tretze vertats, te donatèi de que víver, mès a condicion que, pendant las sèt annadas, retires pas degun e que te quites pas canar la taula. E se téngues pas paraula, m'aparténgueràs. »

« M'ac cau díser a la hemna ; veire cò que dirà. »

S'entornèc a l'ostau e contèc aquò a sa hemna.

« O ! dissèc aquesta, tretze vertats ! Las trobarèm plan pro ! Diga-z-i que tiòc.»

E l'òme anguèc díser au monsur vestit de roi que le mercat èra hèit.

En arribant a l'ostau, trobèc sus la taula le dinnar prèste, damb carn, e vin e tot. E a partir d'aqueth jorn, avèc tot çò que volèc. N'avèc pas qu'a díser : « Vòli aquò. »

Au cap se sèt annadas, monsur Sent-Martin dissèc a Nòstre-Sénher :

« I a uèit amnas justas que cau anar sauvar, autrament le Diables las s'emportarè.

Vai-z-i, dissèc Nostre-Sénher. »

Monsur Sent-Martin anguèc a-m-aquera bòrda e dissèc a l'òme :

« Me voletz retirar ?

O nani, retiram pas degun ! »

Mès Monsur Sent-Martin intrèc e çò de pruèr que hasquèc, i anguèc canar la taula. De la taula, sortisquèron sèrps e grapauds. Alavetz, Monsur Sent-Martin dissèc :

« Garatz de çò que vivètz ! Mès avètz pas paur ! Es anuèit que vos cau díser les tretze vertats. Anetz au lhèit, jo, me vau méter au cohin e, quan le moment serà vienut, respondarèi a vòsta plaça. »

Alavetz, totes se n'anguègon au lhèit, e monsur Sent-Martin se n'anguèc au cohin.

A miejanuèit, tran ! tran ! A la pòrta :

« Qu'es aquò ? demandèc Monsur de Sent-Martin.

He ! Soi jo. Las sèt annadas son passadas, mon òme, e qu'es l'òra de me díser las tretze vertats. Es prèst ?

Quiò, parla ; te respondarèi.

Qu'es un ?

Un braç dominús.

Qu'es dus ?

Doas taulas majèstas, un braç dominús.

Qu'es tres ?

Tres partatges, doas taulas majèstas, un braç dominús.

Qu'es quatre ?

Quatre avangèles segon Dius, tres partatges, doas taulas majèstas, un braç dominús.

Qu'es cinc ?

Cinc libres de Dius, quatre avangèles segon Dius, tres partatges, doas taulas majèstas, un braç dominús.

Qu'es siès ?

Sièis aparicions, cinc libres de Dius, quatre avangèles segond Dius, tres partatges, doas taulas majèstas, un braç dominús.

Qu'es sèt ?

Sèt candelaires, sièis aparicions, cinc libres de Dius, quatre avangèles segon Dius, tres partatges, doas taulas majèstas, un braç dominús.

Qu'es uèit ?

Uèit amnas justas, sèt candelaires, sièis aparicions, cinc libres de Dius, quatre avangèles segon Dius, tres partatges, doas taulas majèstas, un braç dominús.

Qu'es nou ?

Nòu còrs d'anges, uèit amnas justas, sèt candelaires, sièis aparicions, cinc libres de Dius, quatre avangèles segon Dius, tres partatges, doas taulas majèstas, un braç dominús.

Qu'es dètz ?

Dètz barbadius, nòu còrs d'anges, uèit amnas justas, sèt candelaires, sièis aparicions, cinc libres de Dius, quatre avangèles segon Dius, tres partatges, doas taulas majèstas, un braç dominús.

Qu'es onze ?

Onze disciples, dètz barbadius, nòu còrs d'anges, uèit amnas justas, sèt candelaires, sièis aparicions, cinc libres de Dius, quatre avangèles segon Dius, tres partatges, doas taulas majèstas, un braç dominús.

Qu'es dotze ?

Dotze apòtres, onze disciples, dètz barbadius, nòu còrs d'anges, uèit amnas justas,  candelaires, sièis aparicions, cinc libres de Dius, quatre avangèles segon Dius, tres partatges, doas taulas majèstas, un braç dominús.

Qu'es tretze ?

Aquo's tretze contes e tretze barras au sorelh. »

Alavetz, le Diables coneguèc son òme e i dissèc :

« Sès tu ? Sent-Martin ?

Òc jo, seu deguens e tu sès dehòra. Torna-te'n d'ont es vengut. »

Tanlèu qu'avèc entendut aqueras paraulas, le Diables disparesquèc. Atau, lo paure òme estèc sauvat de sas urpas.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site