LO VIN DE L'ESPURGATÒRI de Jan Palay (Bearn).

LO VIN DE L'ESPURGATÒRI

de Jan Palay (Bearn).

Aux environs de Pau, dans un certain village,

Un paysan moribond avait, selon l'usage,

Laissé quelques écus pour le De Profundis,

De peur de ne pas aller tout droit au Paradis.

En tout lieu, l'argent ouvre toutes les portes,

Au pays d'ici-haut, tout comme sur la terre,

Celui qui n'en a pas s'en va comme il le peut,

Personne ne pense à lui quand il est mis au trou.

Le paysan savait un peu ce qu'il en retourne,

Et que même au fils, du reste, il s'en confia,

Il avait fait venir exprès un notaire de Pau

Quand il crut que la mort tapait au portail.

Il mourut. Donc, le fils, le soir de la neuvaine,

Partit chez le curé avec la bourse pleine.

En chemin, il se dit : Pour tant qu'on prie Dieu,

Si père est en enfer il ne sortira pas de là ;

Et s'il est au ciel, il n'a pas non plus besoin de prières,

Je risque à deux contre un de perdre cet argent …

Peut-être qu'il vaudrait mieux que je m'en retourne ?

Puis-je bien prier Dieu, moi, comme le curé ?

Bah ! cependant, pensa-t-il, si père est à la peine,

Si avec des messes on peut délier ses chaînes,

Je le dois : il a laissé l'argent pour cela,

Si je ne le faisais pas j'aurais mauvaise conscience.

Sans plus se presser et sans autre mystère,

Il se met en route pour le presbytère.

Le curé, quand il le vit, eut l'air content ;

Il connaissait déjà le legs du testament ;

Il l'invite à souper. En tout cas, la Marie

Venait de plumer la plus belle poule.

Je ne perdrai pas tout, se pensa le paysan,

Et il accepta l'invitation sans trop se faire prier.


Il sait que, même au fond des campagnes,

Les curés ne vivent pas avec des peaux (écales) de châtaignes,

Se dit-il ; mais, avant d'avoir mangé ou bu,

Il voulut d'abord dire la raison de sa venue :

Monsieur, vous allez connaître le sujet de mon affaire,

Dit le garçon, avec la voix un peu plaintive ;

Père m'avait chargé, dans son testament,

De vous remettre à sa mort une somme d'argent

Qu'il gardait dans un tiroir, avec quelques paperasses.

Ainsi comme c'est écrit je vous porte dix pistoles

Pour des messes qu'il faut, si possible, dire au plus tôt,

Si avec ceci, surtout, nous pouvons le mettre au ciel.


Nous allons parler de cela, servez-vous un peu de soupe,

Et sers-toi bien sans scrupules, nous ne sommes pas une troupe ..

Ils mangèrent, burent jusqu'à assez tard ;

À la fin, le paysan, rond comme un sâoul,

S'adresse au curé :  – Allons, parlons d'une chose

Qui me tracasse (fouler les draps) depuis bien longtemps :

Si, par malheur, mon père est en enfer,

On ne l'en tirera ni avec des messes ni des paters ?

Et si, son âme est recueillie au ciel,

Elle doit bien se moquer de la mal mariée !

Les deniers seraient, alors, mal employés,

Quand on n'a pas de procès, on n'a pas besoin d'avocats …

Tu te trompes, mon cher, tu ne comprends pas grand-chose …

En enfer n'y va que la vilaine canaille,

Mais, pour monter au ciel, il faut être bien saints,

Il ne faut aucun péché, et rares ceux qui en sont exempts.

Quasiment tout le monde va un peu au Purgatoire ;

Imagine s'il a là-bas un beau bataclam !

Ils ont à y rester selon qu'ils ont péché,

Ou que les vivants les ont oubliés …

Les uns sont au milieu d'un grand bûcher,

Où ils grillent comme les poissons dans la sauteuse,

Les autres sont, d'emblée, attachés tout autour,

Les plus justes sont les plus éloignés du four,

Mais tous ont chaud, même sans chemise,

Quand l'hiver viendra ils ne trouveront pas le nord.

Chaque messe les fait déplacer un peu en arrière

Jusqu'à être proches du portail d'entrée ;

Alors un grand démon déverrouille la porte,

Et l'ange du bon Dieu les emporte au ciel.

Une fois arrivés, ils n'ont besoin de personne,

Ils sont heureux comme des rois, il n'y fait ni chaud ni froid ...

Le paysan médita très sérieusement, il écoutait,

Et, sous le béret, n'en pensait pas moins.

Il regrettait infiniment les deniers.

Et du feu de l'enfer, lui, il n'avait guère peur.

Le curé lui dit en terminant l'histoire :

Tiens, je veux te faire goûter le vin du Purgatoire.

Il appelle Marie pour lui donner la clé.

Le paysan se dit : «Pourquoi l'appelle-t-il ainsi ? »

Ce mot lui faisait un peu gratter l'oreille ;

Marie, en même temps, amène la bouteille.

Quand le curé l'ouvrit, le bouchon fit : Boum !

Tout doucement il remplit les verres bien à ras-bord,

Ils auraient pu en remplir l'écritoire …

Et il y a de ce vin au Purgatoire ?

Dit le paysan.  – De celui-là même ! Il est bon !

En as-tu bu d'aussi bon, cette année, à Jurançon ? 

Dieu-vivant ! Monsieur, vous faites bien de me le dire !

Le pauvre papa doit donc rigoler ;

Comme tous les bons Béarnais il aimait le bon vin,

Ça le fâcherait beaucoup si on l'en faisait sortir :

Il doit y être content ! il s'y trouve bien sans changer,

Si la chaleur y est accablante, le vin est meilleur quand on sue :

Gardez-vous les Requiems, moi, je me garde les sous,

Bonne nuit, je vais prendre un peu de repos ...

Aus environs de Pau, en un certen vilatge,

Un paisan moribond qu'avè, suvant l'usatge,

Deishat quauques escuts entà De Profundis,

De paur de n'anar pas de dret en Paradís.

Dab monèda, en tot lòc, on que s'aubreish carrèra,

Au país d'aciu-haut, totun com sus la tèrra,

Lo de qui non'n a pas que s'ac vira com pòt,

Arrés non pensa ad'eth quan ei baishat au clòt.

Lo paisan qui sabè drin quin s'en devirava,

E qui medish au hilh de sobra ne's hidava,

Qu'avè hèit viéner exprès un notari de Pau

Quan credó que la mort que tustava au portau.

Que's mori. Donc, lo hilh, lo ser de la navea,

Que parti tau curè dab la bosseta plea.

Per camin que's disè : Per tan que prèguen Diu,

Si pair ei a l'ihèrn sortira pas d'aquiu ;

E s'ei au cèu, tanpoc, n'a pas besonh pregairas,

Que risqui dus per un de pèrder aquestas tarias …

Lhèu que valeré mei que'm tornèssi virar ?

Be poish plan pregar Diu, jo, com lo caperan ?

Bah ! totun, si's pensa, si pair ei a las penas,

Si dab missas on pòt desligar sas cadenas,

Qu'ac dévi : qu'a deishat los sous entà d'aquò,

Si n'ac hasèvi pas qu'averi maishant còr.

Shens prémer briga mei e shens aute mistèri,

Que's bota a caminar de cap au presbitèri.

Lo curè, quan lo vit, qu'avó l'aire content ;

Que coneguè deja lo lègs deu testament ;

Que l'envita a sopar. Tot escàs, la Maria

Que vienè de plumar la mei bèra garia.

N'ac perderèi pas tot, si's pensa lo paisan,

E que prenó l'envit shens de's har tròp pregar.

 

Que sabè que, medish au hons de las campanhas,

Curès non viven pas dab cospas de castanhas,

Que's dedó ; mès, abans d'aver minjat ni but,

Que voló d'abòrd díser entà qu'èra bienut :

– Mossur, que vatz saber lo sutjèct de ma coenta,

Si digó lo gojat, dab la votz drin dolenta ;

Pair que m'avè cargat, dehens son testament,

De'v reméter a sa mort ua soma d'argent

Qui guardava au tirèth, dab quauquas paparòlas.

Tau com ac dit l'escriut que'v pòrti dètz pistòlas

Entà missas qui cau, si's pòt, díser au mei lèu,

Si dab aquò, sustot, e'u podem méter au cèu.


– Que vam parlar d'aquò, hèt càger (càder) drin de sopa,

E pren-t'en shens nat dòu, ben, n'èm pas ua tropa …

Que mingèn, que bevon dinca qu'esté pro tard ;

A la fin, lo paisan, redon com un pitar,

Que s'adressa au curè :  – Viam, parlem d'ua causa

Qui'm batana peu cap desempuish bèra pausa :

Si, per malur, mon pair ei dehens los ihèrns,

Ne'u n'arrigarà pas dab missas ni paters ?

E si, dehens lo cèu son amna ei recattada,

Que's deu beròi trufar de la mau maridada !

Los dinèrs que seren, lavetz, mau emplegats,

Quan on n'a pas procès non cau pas avocats …

– Tu te trompes, mon cher, non comprénes pas briga …

A l'ihèrn non va pas que la lèda botiga,

Mes, tà pujar tau cèu, que cau estar plan sents,

Non cau pas nad pecat, e chics qu'en son etsents.

Quasi tots que s'en van drin a l'Espergatòri ;

Jutja se i'a per'quiu un beròi batahòri !

Que i'an a demorar suvant qu'ajen pecats,

E, suvant que los vius que'us ajen desbrombats …

Los uns que son au miei d'ua grana halhòla,

On grilhan com los peishs dehens la casseròla ;

Los auts que son, a rengs, estacats a tot torn,

Los mei justes que son los mei enlà deu horn,

Mes tots que i'an calor, medish shens la camisa,

Quan serà dab l'ivèrn n'i troben pas la bisa.

Cada missa que'us hè mudar drin en darrèr

Dinca que son vienuts auprès deu portalet ;

Lavetz un demoniàs que desclava la pòrta,

E l'anjó deu bon Diu entau cèu que'us s'empòrta.

Un còp que son aquiu, n'an pas besonh d'arrés,

Que'i son urós com reis, ne'i hè ni caut ni frés …

Lo paisan medishèc tot seriós, qu'escotava,

E, devath lo berret, mendre que non'n pensava.

Los dinèrs que'u hasèn quasi morir de dòu.

E deu huec de l'ihèrn, eth, n'avè guaire paur …

Lo curè que'u te dit en acabant l'istòria :

– Tè, que't voi har gostar vin de l'Espergatòri.

Qu'apèra la Maria entau balhar la clau.

Lo paisan que's disè : « Perqué l'apèra atau ? »

Aqueth mot que'u hasè bèth drin gratar l'aurelha ;

Maria, en medish temps, que porta la botelha.

Quan lo curè l'aubri, lo boishon que hè : Bom !

Tot doç qu'emplia beròi los veires dinc'au som,

Que'n averen podut abelhar l'escritòri …

– E i'a d'aqueste vin dehens l'Espergatòri ?

Se digó lo paisan. – D'aqueth-medish ! Ei bon ?

En as but de parièr, daugan, a Juranson ?

– Diu-vivòstes ! Mossur, be hètz plan de m'ac díser !

Lo praube de papa be s'en deu donc arríser ;

Com tots los bons Bearnés qu'aimava lo bon vin,

Que'u facharé beròi que'u ne héssen sortir :

Que'i deu estar content ! qui's tròba plan non's mudar,

Se i hè caumàs, lo vin qu'ei miélher quan on suda :

Gardatz-ve los Requiems, jo, que'm gardi los sòus,

Bona nueit, que vau préner un drinòt de repòs .


E tric e tric, lo conte es fenit,

E tric e trac, lo conte es acabat !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×