LA GÀRDIA EN CALABRA.

Seis cents ans e mila quilomètres los separan de la rèsta deu territòri occitan. Los Gardiòls vòlon téisser de ligams dab los autes occitans.

La comuna de La Gàrdia, lo territòri occitan enclavat en l'estat italian e mei precisament en Calabra, organizava sa setmana occitana. Quand òm sap que La Gàrdia compta quicòm coma quate cents personas, òm pren la mesura de çò qu'es una minoritat. Tots los estatjants de Gàrdia parlan occitan, lo Gardiòl com dison, mas sufís pas a explicar perqué aquela petita comuna resistis encara dins sa lenga e son identitat mentre que se tròba a centenats de quilomètres del territòri occitan gran.

La lei italiana de reconeissença de las minoritats i es pas per res mas subretot i a lo monde de Gàrdia, la provincia de Cosenza e tanben la Chambre d'Òc de las Valadas occitanas d'Itàlia. Los diferents partenaris son associats per organizar peu segond còp aquesta setmana d'animacion. L'an passat, tot se debanèt a la partida baissa de la comuna, a Gàrdia marina, mentre que lo vilatge vielh, lo que parla occitan, se tròba mai naut.

La volontat ara es de crear de ligams amb los autres Occitans. Coma o ditz Ines Cavalcanti de la Chambra d'Òc, "La Gàrdia es un pauc coma L'Alguer pels Catalans". De segur i pòt semblar mas es pas de la meteissa talha pr'amor a L'Alguer, i a mai de trenta mila estejants. Los Gardiòls vòlon tanben afortir lors relacions amb las autras minoritats de la region. Atal, ongan, seran estats convidats pel Arbrèchs, qu'es la minoritat albanofòna d'Itàlia, al festenal de la cançon qu'organizan dins una comuna ont se parla l'albanés. Son mai nombroses que les occitans en la provincia ; dins lo sud d'Itàlia son 80000. An una cultura viva, de tradicions fòrtas, bastidas sus una istòria e una identitat que ne son fièrs. La dubertura de l'Albania dempuèi dètz ans a tanben permés d'establir relacions novèlas e utilas per la lenga. Per trabalhar sus la question de l'ensenhament de la lenga occitana a Gàrdia, es mai complicat pr'amor es una pichòta comunitat. Se parla de la creacion d'una formacion a l'universitat de Cosenza. Seriá utile pr'amor, per l'òra, i a pas digun que poirá far l'escòla en Gardiòl o donar de corses aus mainatges.

La Gàrdia, o Gàrdia Piemontese, es lo darrèir de sèt vilatges creats per d'occitans venguts dels Alps fa mai de sièis cents ans. Son d'occitans de confession valdesa que, persecutats, causiguèron de s'anar implantar en Calabra. Fondèron aqueles vilatges que un sol a conservat la lenga. La religion a tanben desaparegt amb las persecussions que venguèron puèi amb la repression que seguigèt l'espeliment del calvinisme.

Dens l'identitat dels abitants de Gàrdia, aqueles eveniments istorics comptan encara. La religion a desaparegut e la lenga es l'element que los estaca dirèctament a la tèrra d'origina de lors ajòls. L'occitan deus Gardiòls es un occitan alpenc amb un lexic pro influenciat pel calabrés. Es una lenga estranha pel qu'arriba d'Occitania, que se comprend amb un pauc d'atencion. Cal prendre en compte los sièis sègles de separacion e los mila quilomètres de distància.

Tirat de "La Setmana" n°472 deu 01/09/2004

 

 

 

 

Six cents ans et mille kilomètres les séparent du reste du territoire occitan. Les Gardiòls veulent tisser des liens avec les autres occitans.

La commune de La Gàrdia, le territoire occitan enclavé dans l'état italien et plus précisément en Calabre, organisait sa semaine occitane. Quand on sait que La Gàrdia compte environ quatre cents personnes, on prend la mesure de ce qu'est une minorité. Tous les habitants de Gàrdia parlent occitan, lo Gardiòl comme ils disent, mais il ne suffit pas pour expliquer pourquoi cette petite commune résiste encore dans sa langue et son identité alors qu'elle se trouve à des centaines de kilomètres du grand territoire occitan.

La loi italienne de reconaissance des minorités n'y est pas pour rien mais surtout il y a les gens de Gàrdia, la province de Cosenza et aussi la Chambre d'Òc des Vallées occitanes d'Italie. Les différents partenaires sont associés pour organiser pour la deuxième fois cette semaine d'animation. L'an dernier, tout s'était déroulé dans la partie basse de la commune, à Gàrdia marina, tandis que le vieux village, celui qui parle occitan, se trouve plus haut.

La volonté est maintenant de créer des liens avec les autres Occitans. Comme le dit Ines Cavalcanti de la Chambra d'Òc, "La Gàrdia est un peu comme L'Alguer pour les Catalans". Bien sûr cela peut sempler plus et pas de la même taille que L'Alguer, il y a plus de 30 000 habitants. Les Gardiòls veulent aussi renforcer leurs relacions avec les autres minorités de la région. Ainsi, cette année, ils auront été invités par les Arbrèchs, la minorité albanophone d'Italie, au festival de la chanson organisé dans une commune où on parle l'albanais. Ils sont plus nombreux que les occitans dans la province, 80 000 dans le sud de l'Italie. Ils ont une culture viace, des traditions fortes, bâties sur une histoire et une identité dont ils sont fièrs. L'ouverture de l'Albanie depuis 10 ans a aussi permis d'ouvrir des relations nouvelles et utiles pour la langue. Travailler sur la question de l'enseignement de la langue accitane à Gàrdia est plus compliqué car c'est une petite communauté. On parle de la création d'une formation à l'université de Cosenza. Cela sera utile car, pour le moment,personne ne peut enseigner en gardiòl ni donner des cours aux enfants.

La Gàrdia, ou Gàrdia Piémontaise, est le dernier de 7 vitlages créés par des occitans venus des Alpes il y a plus de six cents ans. Ce sont des occitans de confession valdaise qui, persécutés, choisirent d'aller s'implanter en Calabre. Ils fondèrent ceses villatges dont un seul a conservé la langue. La religion a aussi disparu avec les persécussions qui suivirent puis avec la répression que suivit l'apparition du calvinisme.

Dans l'identité des habitants de Gàrdia, ces évènements historiques comptent encore. La religion a disparu et la langue est l'élément qui les attache directement à la terre d'origine de leurs aïeux. L'occitan des Gardiòls est un occitan alpin avec un lexique assez influencé par le calabrais. C'est une langue étrange pour celui qui arrive d'Occitanie, que se comprend avec un peu d'attention. Il suffit de prendre en compte les six siècles de séparation et les 1000 km de distance.

Tirat de "La Setmana" n°472 deu 01/09/2004.

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site