LA GUÈRRA DE LAS DAMISÈLAS.

Que devem situar aquesta guèrra que comencè en 1829 dens lo canton de Castilhon dens lo Coseran, e puish dens tots los autes cantons coseranés, puish, en 1830, que passè a Sent Beat en Comenge dinc a Belcaire en país de Sault. Aquesta susmauta que's manifestè mei que mei pendent las tres purmèras annadas de 1829 a 1832, que va perdurar dinc a 1872, que seràn 43 ans de pelejadas.

Lo Coseran qu'es lo darrèr parçan gascon a l'èst dens los Pirenèus, lo Comenge qu'es au ras deu Coseran, un chic mei a l'oèst, après qu'es la Bigòrra, e lo darrèr parçan a l'oèst qu'es lo Bearn e qu'a ua termièra dab lo País Vascon. Lo Coseran qu'a ua termièra a l'èst dab lo país de Foish, la sola tèrra langadociana dens los Pirenèus, qu'es tanben la termièra enter lo Lengadòc e la Gasconha o Aquitània.

Qu'es ua exageracion d'aperar guèrra lo qu'estó mei en realitat solament ua nhica-nhaca, ua pelejada, ua batsarra, ua patacada, ua esmatucada, ua revòlta, ua susmauta, ua arbarotada, ua arrevendida, un arbaròt, sovent qu'estón simplament marganhas carnavalescas, en 43 ans de blegadís que comptaràn sonque dus morts e un sarròt de herits.

Adara que devem mencionar las rasons d'aquesta pelejada. La rason principau qu'estó lo dret qu'avèvam en Gasconha despuish longtemps entà tous los ciutadans deus vilatges d'entrar dens los bòscs deu vesiatge e de gahar la lenha per còser la viòca, tanben per se cauhar, los ivèrns qu'èran longs e hreds dens las montanhas, de gahar cèps e lecassinas, de gahar ahragas, aligardons, avajons, amoras. De har peisher lo bestiar, aulhas, vacas, chivaus e cavalas. Tots aquestes bòscs qu'èran abans la Revolucion francesa bòscs comuns, on los vilatgés avèvan tots los drets, mes despuish la Revolucion los bòscs comunaus qu'estón venuts e comprats peus borgés.

En Gasconha, coma pertot per noste miscap, que devem seguir las leis francesas. Leis que balhèn taus proprietaris com avèvam abans la Revolucion tots los drets deus gentius. Que poden arrefusar taus vilatgés l'usatge d'entrar dens los bòscs. Aquestes borgés qu'èran tanben mèstes de harga. Que hasèvan hreita de grana quantitat de lenha entà las hargas. Los guardians n'avèvan nada pietat, que verbalizèn per tot, per gahar lenha, per talhucar arbos, per ua sola aulha perduda dens un bòsc. Qu'avèvan en aqueste temps dens las montanhas ua populacion hèra hòrta, de 1741 a 1846 la populcion qu'a doblat.

Au mes de mai de 1829, las purmèras "Damisèlas" qu'apareishèn dens lo bòsc de Sent Lari. Los guardians que cerquen de gahar ua bèstia entrada dens un bòsc, un centenat de "Damisèlas" armadas de dalhas qu'ataquèn los guardians. Que tornèn aparéisher quauques dias après dens lo bòsc de la Vath longa, aciu que tirèn còps de fusilhs suus carboaires e que cacèn los guardians. Que sortèn mei que mei la nueit. Que davaràn dens los vilatges, que son vists pertot. Cada grop qu'a un capitani, sovent un vielh sordat. Las accions de suspresa que's multiplican, favorizadas per los bòscs e per la nueit. Halhas, sacatges, afrontaments, que i a mei de 100 accions de las "Damisèlas", la mieitat per l'annada de 1830. L'intencion n'es pas de tuar, mes d'espaurir.

Que podem pensar qu'es la fin de las nostas leis e costumas, après sègles, per seguir las leis francesas. Mes aquesta susmauta n'estó pas la darrèra reaccion per guardar los vielhs drets de la tasca. Los ciutadans de la Testa de Buc deu Bacin d'Arcaishon, que deven passar au tribunau a Bordèu, per guardar lo dret d'entrar dens los bòscs au ras de la Testa.

N'es pas mei de har péisher lo bestiar, mes de gahar la lenha e hust entà los ostaus, de har pinassas, de gahar tanben ceps tant aimats peu Bordalés. Aciu, coma dens las montanhas bèth temps a, los proprietaris ne volen pas deishar degun entrar dens los bòscs. Lo procès que comencè i a 20 ans (article deu jornau Sud-Oest de Bordèu deu 19 de genèr de 2008) e dilhèu que va perdurar enqüèra de longas annadas.

Sovent l'arrevirada de "Damisèlas" qu'es mau hèita, "Damisèla" en gascon qu'a quate significacions.

La purmèra qu'es d'estar la hilha deus gentius o deus borgés. Mes tota la populacion de las hautas montanhas deu Coseran coma deu Comenge pendent lo temps de la susmauta n'an jamei vist ua damisèla se passejar dens la montanha vestida dab rauba longa e sabatons a caucanh.

La dusau significacion qu'es l'agulha de París, la costurèra, l'esplinguer, l'espuga-serps, lo vailet de serp e la damisèla.

La tresau qu'es l'escarvalh, barbòt, barbòt de Sent Johan, papa de Sent Johan, escaravalh, escarvat, escravalh, pacarra e damisèla.

La quatau significacion qu'es la carnessa aperada mostèla, panquesa, paquesa, dauna bèra, mustèla, pallet, paleta, pancada, comaireta, beroteta, pancarra e enfin damisèla.

Per explicar perqué emplegam en gascon "damisèla" per "mostèla" que devem tornar dens lo passat, abans l'arribada deu cristianisme dens los Pirenèus. La religion catolica qu'estó hèra tardiva e que devem esperar lo onzau sègle abans que tots los parçans gascons e vascons sian cristianizats.

Dens la vielha religion, coma principau capdau qu'èra ua divessa aperada la "Dauna blanca" e la segonda enqüèra ua divessa, hilha de la purmèra, aperada la "Dauna bèra" o "Damisèla", qu'avèva lo poder de la dualitat, que'e cambiava segon la sua talhvirada, à òps qu'èra ua hada, amistosa, berogina que balhè hats deus bons, coma un bon maridatge, la neishança d'un nen tan esperat, un tribalh, mes quan èra ua broisha, que pareiseva dens la pèth d'ua mostèla, milas malastres a los qu'encontrèn sus los sons camins.

Per amistosar las mostèlas que podevan estar broishas desguisadas, los vilatgés cada nueit deishavan en front deus ostaus un chic de pan, leit e hromatge.

Los mots "paquesa" e "panquesa" que son mots aragonés per "pan e queso" o en gascon "pan e hromatge". Tots los pòbles deus Pirenèus qu'aven las medishas credenças per las mostèlas e deven aver la medisha vielha religion. Pendent sègles, la vielha religion e la religion catolica van seguir un camin tòc a tòc e sovent que's mesclèn. Coma lo comportament de las populacions indianas d'America deu Sud dab la religion catolica. Si los vilatgés qu'èran vestits dab raubas e que's pintren la cara de colors blanca, negra e roja, que cerquèn de paréisher coma a miejas divessas e a miejas mostèlas e d'aver lo poder de castigar los maishants borgés e non pas de paréisher coma hilhas de la noblessa o de la borguesia. Ne ganhen pas aquesta pelejada. Un gran nombre de la populacion que deven partir e cercar tribalh dens las ciutats coma Bordèu e Tolosa o mei luenh coma orsalhèrs en America per los vilatges de massat, Erce e Aulus.

La pression sus la lenha per las hargas que s'acabè tanben.

 

Los dus noms deu Coseran e deu Comenge que son escriuts shens nada "s".

 

 

 

 

 

Nous devons situer cette révolte qui commence en 1829 dans le canton de Castillon dans le Couserans, puis qui touche tous les autres cantons couseranais, puis, en 1830, cela passe à Saint Béat en Comminges jusqu'à Belcaire en pays de Sault. Cette révolte qui se manifeste principalement et plus fortement les trois premières années de 1829 a 1832, mais cela va durer jusqu'en 1872, ce qui fera 43 ans de désordres.

Le Couserans est la dernière région gasconne à l'est des Pyrénées, avec une frontière avec le pays de Foix, unique région languedocienne qui touche les Pyrénées. C'est aussi la frontière antre le Languedoc et la Gascogne.

C'est une exagération d'appeler guerre ce qui a été plutôt une révolte. Car, en 43 ans de révolte, il y a eu seulement deux morts et un grand nombre de blessés.

Nous devons parler des raisons de ce soulèvement. La raison principale fut le droit des citoyens de continuer de bénéficier de pouvir entrer dans les forêts proches des villages de montagne, de ramasser le bois mort indispensable pour faire cuire la nourriture et aussi pour se chauffer, les hvers dans la haute montagne étaient très froids et encore plus au XIXème siècle, de ramasser les champignons et les fruits sauvages, comme les mûres, fraises des bois, myrtilles, framboises, de faire paître les animaux, moutons, chevaux et juments, vaches. Ces droits étaient valables depuis la nuit des temps en Gascogne, tous les champs et forêts près des villages étaient des biens communaux dont profitaient tous les villageois gascons. Mais, après la Révolution française, la majorité des bois communaux, comme les biens de la noblesse, furent vendus et achetés en masse par la bourgeoisie sans la moindre préoccupation du droit, depuis la nuit des temps, des paysans.

Les lois françaises arrivèrent en Gascogne et ce fut le désastre général pour le peuple. Les propriétaires avaient tous les pouvoirs, comme la noblesse dans le passé. Ces nouveaux maîtres étaient également maîtres des forges. Les gardes étaient sans pitié et verbalisaient pour la moindre infraction, ramasser du bois, abattre un arbre, ou pour une seule brebis qui pénétrait dans le bois.

Entre 1741 et 1846, la population gasconne des montagnes a doublé presque en un siècle.

Au mois de mai 1829, les premières "Belettes" font leur apparition dans le bois de St Lari. Des gardes forestiers cherchaient de saisir du bétail, une centaine de "Belettes" armées de faux attaquent les gardes. Elles reviennent quelques jourss plus tard dans le bois de la Vallée longue, cette fois ils tirent quelques coups de fusils sur les charbonniers et chassent les gardes. Ils sortent principalement la nuit. Ils descendent dans les villages, ils sont vus partout. Chaque bande a un capitaine, souvent un ancien militaire. Les actions de surprise se multiplient, favorisées par les bois et par la nuit. Incendies, saccages, affrontements, il y a plus de 100 actions des "Belettes", la moitié pour l'année 1830. L'intention n'est pas de tuer, mais de faire peur.

Nous devrions penser que c'es la fin en Gascogne de nos lois et coutumes. Mais cette révolte ne fut pas la dernière réaction pour défendre nos droits. Plus pacifiquement des citoyens de la Teste de Buch sur le Bassin d'Arcachon doivent passer au tribunal pour conserver le droit d'usage dans les bois et forêts autour du Bassin.

Ce n'est plus pour faire paître le bétail, mais pour ramasser le bois mort et couper du bois pour arranger les maisons et construire quelques pinasses, ramasser les ceps tant prisés par les Bordelais. Ici, comme dans les montagnes, les propriétaires sont souvent étrangers et ne veulent laisser personne entrer dans les bois. Ce procès a commencé il y a 20 ans (article du journal Sud-Ouest de Bordeaux du 19 janvier 2008) et il risque de durer encore autant.

Souvent la traduction du mot gascon "Damisèla" est mal faite. Nous avons en gascon pour ce mot quatre significations.

La première c'est la fille de la noblesse ou de la bourgeoisie. Mais sans aucun doute personne n'a jamais vu se promener dans la haute montagne une jeune fille, une demoiselle habillée avec une robe longue et chaussée de botines a hauts talons.

La deuxième signification, c'est la libellule. Nous avons six mots pour le dire.

La troisième signification, c'est le hanneton. Nous avons 9 mots pour le dire.

La quatrième signification, c'est la belette. Nous avons 12 mots pour le dire.

Pour expliquer pourquoi en Gascogne nous utilisons le mot "Demoiselle" pour dire "belette", nous devons retourner dans le passé, avant l'arrivée du christianisme dans les Pyrénées gasconnes. La religion catholique est arrivée très tardivement dans les montagnes. Il faut attendre le Xe, voire le XIe siècle pour que toutes les régions gasconnes, aragonaises et basques soient christianisées. Puis, pendant plusieurs siècles, les deux religions sont restées côte à côte, se mêlant souvent et, pour finir, à ne faire qu'une seule. Cela ressemble un peu à ce qui a eu lieu en Amérique latine entre la vieille religions des peuples indiens et la religion catholique.

Dans notre ancienne religion, les figures principales sont féminines, la société était très matriarcale. La déesse principale, qui est la mère de tous, est connue sous le nom de "Dame blanche", la segonde déesse, fille de la première, est connue sous le nom de "Belle dame" ou "Demoiselle, et avait le pouvoir de dualité, parfois elle était une "fée" gentille, aimable, bonne, chanceuses étaient les personnes qui la croisaient dans cet état, elles avaient leurs vœux exaucés ; mais quand elle se transformair en sorcière elle pouvait être alors dans la peau d'une belette, et malheur à ceux qui croisaient son chemin, ils avaient droit à tous les malheurs possibles.

C'est pourquoi les villageois, pour amadouer les sorcières transformées en belettes, mettaient devant leur maison du pain, du lait et du fromage. Tous les peuples touchant les Pyrénées suivaient cette coutume pour les belettes. Pendant cette révolte, si les hommes se mettaient des robes et se maquillaient le visages de couleurs blanche, noire et rouge, ils essayaient de ressembler à moitié à des belettes et à moitié à des sorcières pour se servir de leur pouvoir pour punir les méchants maîtres des forges. Malheureusement ils perdirent cette guerre, même si le besoin de bois diminua, du aux fermetures des forges. La forte augmentation de la population, de nombreux habitants de ces montagnes durent partir chercher du travail dans les grandes villes comme Toulouse et Bordeaux, ou aller encore plus loin en Amérique comme les montreurs d'ors des villages comme Aumus Ercé, Massat, jusqu'à l'interdiction d'entrer dans les villes. Ils durent changer de travail passant dans les hôtels et restaurants des grandes villes de la côte est-américaine.

Los dus noms deu Coseran e deu Comenge que son escriuts shens nada "s".

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site