LOS BEARNÉS, PÒBLE GASCON O ALEMAND ?

LOS BEARNÉS, PÒBLE GASCON O PÒBLE ALEMAND ?

 

 

Que podetz pensar que passi mesura, dilhèu, mes coma un sarròt de Bearnés que's
disen a tòrt que ne son pas Gascons, mes solament Bearnés, com l'ancian fotbalaire puish jornalista a la television e a la radiò, Sénher "Larquey". Qu'es d'estar pegàs d'afirmar coma un papagai ua causa shens aver cercar la confirmacion e la vertat dens los libes d'istòria e dab istorians deus bons.

D'evitar d'estar coma lo Sénher "Marca" vadut en 1594, estinglant avocat a Pau, autor d'ua istòria deu Bearn, lo prumèr tòme publicat en 1639, lo segond ne serà pas jamei acabat. Que va cercar tota la sua vita dens lo passat la pròva de la sobiranetat e la quita independéncia deu Bearn dinc a falsificar la vertat. N'es pas lo sol de har açò. Que va dinc a díser que los Bearnés son los descendents d'un pòble alemand de Bèrna (adara Soïssa), qu'ajudèn Carles Martel en 715 a ganhar la batalha e d'aver la victòria contra los Mòros a Peitius ! O que son d'ua tribú franca, los "Rauraques" ! Vienguts víver dens lo Bearn après la batalha de Peitius !!

La vassalhitat deu Bearn de cap los reis d'Anglatèrra coma ducs de Gasconha e aus reis d'Aragón, qu'es mauaisit de denegar. Auguste Galland, membre deu Conselh d'Estat en 1621, qu'èra encargat d'estudiar tots los ahars de la corona de Navarra e deu Bearn. Luenh d'estar senhors sobirans, los vescomtes deu Bearn qu'èran los sosmés deus ducs de Gasconha. Que hè ua lista especiaument probanta deus omenatges hèits peus vescomtes bearnés taus ducs de Gasconha, que son dens lo medish temps reis d'Anglatèrra. La Cort de Sent-Sever (tribunau màger per tota la Gasconha) reglava en apèl deus procès jutjats en prumèra instància a Auloron o a Ortès. Mes ne menciona pas los actes d'omenatge deus vescomtes deu Bearn taus reis d'Aragón.

Pr'amor açò auré balhat un dobte sus la legitimitat de l'annexion deu Bearn per França en 1620.  Lo vescomtat deu Bearn que s'es hèit deu navau tau dotzau sègle. Per l'amalgama d'un sarròt de parçanets englobats hens lo ducat de Gasconha. Lo comencet primitiu qu'es lo diocesi de Lescar, que s'estirava de la Vath deu gave de Pau, enter Nai e Lac dinc au Tursan, Morlans la capitala qu'èra au centre d'aqueste país.

Puish las regions seguentas qu'estón annexadas, sia per maridatge sia per las guèrras.

 

 

Certains vont penser que je dépasse les bornes, peut-être ! Mais comme trop de Béarnais se disent seulement Béarnais et surtout pas Gascons, c'est comme dire d'être du XVe arrondissement, mais de n'être pas Parisien.Comme aussi l'ancien joueur de football, puis journaliste télévision et radio, M. Larquey. C'esr surtout idiot d'affirmer une chose sans avoir recherché la vérité dans les livres dhistoire au lieu de répéter comme un perroquet une chose qui souvent est fausse.

Comme Pierre de Marca, né en 1594, brillant avocat à Pau, auteur d'une histoire du Béarn, premier volume publié en 1639, mais qu'il laissa inachevée. Il va cherhcer à prouver que le Béarn était une terre souveraine depuis toujours et n'était pas du tout un fief de la Gascogne. Il ira jusqu'à falsifier la vérité. Si le Béarn était souverain, il l'était depuis le VIIIe siècle car les Béarnais descendaient des Alamans qui avaient aidé Charles Martel à gagner la victoire contre les Maures à Poitiers en 715 et avaient eu en récompense le Béarn pour y vivre, ou ils seraient une tribu franque, les "Rauraques", installée au Béarn qui était une terre vide !!

La vassalité du Béarn envers les rois d'Angleterre et ducs de Gascogne, et envers les rois d'Aragon est difficile à nier.  Auguste Galland, membre du Conseil d'État en 1621, fut chargé d'étudier toutes les affaires concernant la couronne de Navarre et le Béarn. Loin d'avoir été seigneurs souverains, les vicomtes du Béarn ont été les vassaux des ducs de Gascogne. Il dresse une liste particulièrement probante des hommages prêtés par les vicomtes aus rois d'Angleterre comme ducs de Gascogne. La Cour de St-Sever (tribunal principal pour toute la Gascogne) tranchait en appel des procés jugés en première instance à Oloron ou à Orthez. Par contre il ignore les actes d'hommage des vicomtes du Béarn au roi d'Aragon, car cela aurait jeté un doute sur la légitimité de l'annexion du Béarn par la France en 1620.

La vicomté du Béarn s'est formée du Ixe au XIIe siècle par l'amalgame de  très petites
unités territoriales englobées dans le duché de Gascogne. Le noyau primitif correspond au diocèse de Lescar, qui s'étendait de la moyenne vallée du gave de Pau, entre Nay e Lacq, jusqu'au Tursan, Morlaas, la capitale, était au centre de ce pays.

Puis les régions suivantes furent annexées, soit par mariage soit par guerres.

 

 

 

 

Lo vescomtat deu Bearn que s'es hèit deu navau tau dotzau sègle. Per l'amalgama d'un sarròt de parçanets englobats hens lo ducat de Gasconha. Lo comencet primitiu qu'es lo diocesi de Lescar, que s'estirava de la Vath deu gave de Pau, enter Nai e Lac dinc au Tursan, Morlans la capitala qu'èra au centre d'aqueste país.

Puish las regions seguentas qu'estón annexadas, sia per maridatge sia per las guèrras. Lo vescomtat d'Auloron, lo diocèsi d'Iluro dab las vaths de Varetons, d'Aspa e d'Aussau (au començament deu Xiau sègle), lo vescomtat deu Montanerés, qu'èra la termièra enter Bearn e Bigòrra (fin deu XIau sègle), lo promontòri qu'èra enter los gaves de Pau e d'Auloron, d'Ortès a Sauvatèrra-deu-Bearn qu'èra primitivament un parçan de vescomtat d'Acs (començament deu XIIau sègle). Lo Bearn qu'es un país de 4750 quilomètres carrats, que seràn las termièras definitivas deu Bearn e ne cambiaràn pas dinc a l'an de 1789.

Los vescomtes deu Bearn que seràn los sosmés deus reis d'Aragón (1154-1229), puish que tornèn enqüèra coma vassalhs deus ducs de Gasconha, los reis d'Anglatèrra.

Gaston VII Moncade (1229-1272). Omenatge peu Bearn a Enric III. Après la mort d'Enric III, lo navèth duc e rei que serà Edoard I, susmauta de Gaston VII en 1273, qu'es hèit presonèr en setemer, que passa lo 2 d'octobre de 1273 davant ua comission ducau. Confirmacion de la vassalhitat deu Bearn tau rei d'Anglatèrra, duc de Gasconha. Navèra susmauta de Gaston VII, puish que reconneish la sua vassalhitat e que deu har l'omenatge vassau tau duc de Gasconha. Gaston VII que deisha sonque hilhas. Lo Bearn qu'es l'eretatge de la capdeta Margalida, molhèr de Rogèr-Bernat, comte de Foish. Qu'es desempuish aqueste maridatge la rason de la separacion mei o mensh deu Bearn dab Gasconha.

Si, pendent la crotzada deus Francs e de la Glèisa catolica contra los Catars, los Comtes de Foish qu'èran los mei encaborrats aparadors deus Catars, que virèn completament tad estar los mei manejadèrs mercenaris au servici deus Francs. Que cerquèn de miar los Bearnés hens aquesta politica. Los Bearnès qu'arrefusèn de guerrejar contra los autes Gascons.

Unica rason de ne pas participar a la guèrra ? Ne pensi pas. Los Bearnés qu'avèvan de granas aulhadas que deven amiar dens ua transumància cap lo nòrd de la Gasconha, tot lo long de Garona dinc au Medòc hens lo Bordalés. Que devem arremerciar los Bearnés de ne pas aver arrecebut un còp de punhau dens l'esquia, aquò rai la vertadèra rason.

Rogèr-Bernat e Margalida, après la mort de Gaston VII, que deven har l'omenatge a EdoardI duc de Gasconha e rei d'Anglatèrra, lo 29 d'abriu de 1290, peu Bearn e totas las autas tèrras en Gasconha, coma lo Marsan. Marca que cèrca de probar lo contrari, pr'amor lo document de Pau, au Tresaur de las Cartas (mapas), aqueste paragrafe que manca, tan carquiu tà la sua tèsi, los registres de la Cramba deus Comptes de Paris guardavan ua auta version, era-medisha copiada sus l'originau, guardat a Bordèu, los dus dab aqueste famós paragrafe !

Rogèr-Bernat (129061302) qu'es de mei en mei partisan de Filip-lo-Bèl, a la fin de 1290 que signe un consentiment dab Filip-lo-Bèl. Puish quan torna la guèrra enter Anglatèrra e França, Rogèr-Bernat que servirà dens l'armada francesa. Rogèr-Bernat que moreish en 1302. La sua mólher Margalida que va governar lo vescomtat dinc a l'an de 1319, la sua nòra Joana d'Artois que governarà de 1319 a 1323 pendent la minoritat deu son hilh Gaston. Lo Bearn que passa chic a chic hens la politica deus reis de França.

Gaston II (1314-1343), quan serà majèr, que serà lo principau partisan deu rei Filip VI au començament de la guèrra de Cent ans (1337), que participè dab l'armada francesa a totas las batalhas.

Pendent aqueste temps, quauques comerçants bearnés que prestavan moneda tau duc de Gasconha, gentius bearnés qu'èran dab Edoard III e borgés bearnés que son dens l'administracion de la Gasconha com bailes e perbòsts.

Miei deu quaterzau sègle, lo Bearn que va gahar la sua neutralitat, en bèth cercar de tornar com un país sobiran. Qu'èra Gaston Febus (1343-1391) que hè prova de tau audàcia e arrefusè tot omenatge, aliat deus Francs mes non somés, que profieita de la feblessa deus Francs après la des·hèita de Crecy lo 26 d'aost de 1346. Lo tractat de Tolosa que hè deu rei de França l'eretèr de Gaston Febus dab lo país de Foish, lo Donasan, las baishas tèrras de l'Albigés, lo Lautrec, lo Nebosan, lo Bearn, lo Marsan e lo Gavardan.

Gaston Febus que moreish lo prumèr d'aost de 1391. Los sons tres eretèrs que son : Matèu de Castèlbon (1391-1398) nebot, Isabèu sòr de Matèu e molhèr d'Archambaud Gralhi (1398-1412, gascon deu Bordalés), Johan I (1412-1436) que guardèn la neutralitat e sobiranetat. Qu'estó ajudats per los Estats deu Bearn, vertadèr Parlament, on gentius e non gentius (borgés) qu'èran sus un pè d'egalitat. Urosament lo Conselh reiau de França, lo 20 de decemer de 1391, qu'arrenonciè au tractat de Tolosa.

Lo vescomte de Castèlbon n'avèva nat eretèr, lo Bearn que torna tà la sua sòr Isabèu, molhèr deu senhor de Buc, Archambaud Gralhi. Lo rei de França n'es pas briga urós de véder un Gralhi coma vescomte deu Bearn, coma tots los Gralhi qu'èran partisans deus reis anglés. Johan I, vescomte deu Bearn, que passa dab los Francs, mes la sua mair Isabèu que guarda relacions de las bonas dab la Gasconha. Tà lo negòci, acòrd deu 25 d'aost de 1425. Isabèu que moreish en 1428. Lo 11 de setemer, ua delegacion deu Bordalés qu'encontrèn a Montaner Johan I, l'an de 1430. Acòrd signat en heurèr de 1431. Johan que moreish en 1436.

Gaston IV (1436-1472) mainat devath la tutèla de son oncle Matèu deu Comenge. Acòrd dab los Anglo-Gascons lo 5 de decemer de 1436. Baralhada a Mespleda en 1442, un grop de Francs qu'entrèn dens lo Bearn e qu'estón caçats dehòra de la tasca après ua batalha hèra seriosa.

Gaston VI qu'es lòctenent generau per la Guiana e la Gasconha peu rei de França Carles VI ! Lo vescomte que cerca de defénder taus Bearnés d'amiar mercaderias a Bordèu o a Baiona, mes los Estats que van confirmar le dret de guardar aqueste negòci, d'anar cercar o mandar dens aquestes dus pòrts peish, linçòus, pastel … Los Estats que hasèn la diferéncia enter lo país de Foish, vassalh deu rei de França e lo Bearn, país sobiran coma tota la Gasconha. Fin de la guèrra, occupacion per los armadas francesas de tota la Gasconha, adiu libertat, adiu independéncia.

Maridatge de la sor de Lois XI, Magdalena, dab lo hilh de Gaston IV, qu'an un hilh aperat "Francés", somiu de la tradida ! Cinc ans en 1472, qu'es lo navèth vescomte. Lo 6 de novemer de 1481, Francés-Febus que torna rei de Navarra. Lo Bearn qu'es enter dus vesins hèra poderós, l'Espanha e la França. Lo princi que moreish a Pau lo 30 de genèr de 1483. Qu'es la sua sòr Catarina, 13 ans d'atge, que va eretar de totas las tèrras, e que's va maridar dab lo senhor Albret (un aute nòble gascon deu Bordalés). Lo rei d'Esoanha que s'apoderà de la Navarra-sud lo 21 de julhet de 1512, qu'entrèn dens Pampaluna lo 25 de julhet de 1512.

Lo Bearn que serà annexat en 1620 per França.

 

 

Entà confirmar las questions, que podetz léger lo libe de Pèir Tucoo-Chala, "la Vicomté de Béarn et le problème de sa souveraineté, des origines à 1620", à Bordeaux, chez Bière Imprimeur, 1961.

La vicomté du Béarn s'est formée du Ixe au XIIe siècle par l'amalgame de très petites unités territoriales englobées dans le duché de Gascogne. Le noyau primitif correspond au diocèse de Lescar, qui s'étendait de la moyenne vallée du gave de Pau, entre Nay e Lacq, jusqu'au Tursan, Morlaas, la capitale, était au centre de ce pays.

Puis les régions suivantes furent annexées, soit par mariage soit par guerres. La vicomté d'Oloron, le diocèse d'Iluro avec ses vallées montagnardes de Baretous, d'Aspe et d'Ossau (début du Xie siècle), la vicomté de Montaneres, qui séparait le Béarn de la Bigorre (fin du Xie siècle), le petit promontoire s'étandant entre les gaves de Pau et d'Oloron, d'Orthez a Sauveterre-de-Béarn, qui faisait partie primitivement de la vicomté de Dax (début du XIIe siècle). Le Béarn a environ 4750 kilomètres carrés, et trouve ainsi ses frontières qui ne vont pas varier jusqu'en 1789.

Les vicomtes de Béarn vont être vassaux des rois d'Aragon (1154-1229), retour comme vassal des ducs de Gascogne, rois d'Angleterre.

Gaston VII Moncade (1229-1272). Hommage pour le Béarn à Henri III le 25 décembre 1242 à Bordeaux. Mort d'Henri III et Edouard I devient roi d'Angleterre et duc de Gascogne. En révolte, Gaston VII est capturé en septembre 1273. Il comparait le 2 octobre 1273 devant une commission ducale, confirmation de la vassalité du Béarn envers le duc de Gascogne, roi d'Angleterre. Nouvelle révolte de Gaston VII, il reconnaît sa vassalité et précise qu'il doit au duc de Gascogne un hommage lige. Gaston VII ne laisse que des filles. Le Béarn revient à la cadette Marguerite, épouse de Roger-Bernard, comte de Foix. C'est à partir de ce mariage que le Béarn va se séparer vraiment du reste de la Gascogne à cause des comtes de Foix, acharnés collabos des Francs.

Si, pendant la croisade des Francs et de l'Église catholique contre les Cathares, les comtes de Foix ont été les plus acharnés défenseurs des Cathares, ils ont tourné leur veste pour devenir les plus dociles mercenaires au service des Francs. Ils ont voulu entraîner les Béarnais dans cette politique, les Béarnais ont refusé de se mettre au service des Francs et de se battre contre les autres Gascons.

Était-elle l'unique raison de ne pas participer à la guerre et devenir des traîtres ? Sans doute que cela a joué, mais ce qui a pesé le plus a sans doute été le besoin de faire la transhumance. Les Béarnais possédaient de très nombreux troupeaux de brebis qui partaient paître le long de la Garonne, jusqu'au nord du Bordelais dans le Médoc. Sans cette transhumance, ils auraient eu un désastre économique. Mais les Gascons doivent remercier les Béarnais de ne pas avoir reçu un coup de poignard dans le dos, quelle que soit la vraie raison.

Roger-Bernard comte de Foix et Marguerite, quand ils succèdent à Gaston VII, doivent rendre hommage le 20 avril 1290 au duc de Gascogne, roi d'Angleterre, Edouard I, pour le Béarn et tous les autres fiefs gascons qu'ils ont, comme le Marsan. Marca cherche à prouver le contraire, car le document à Pau, au Trésor des Chartes, ne figure pas ce paragraphe si gênant pour sa thèse. Les registres de la Chambre des Comptes de Paris conservaient une autre version, elle-même copiée sur l'original déposé à Bordeaux, les deux avec ce fameux paragraphe !

Roger-Bernard (1290-1302) se rapproche du roi de France Philippe-le-Bel. À la fin de 1290, il signe à Paris un accord avec Philippe-le-bel. Puis, quand recommence la guerre entre l'Angleterre et la France, Roger-Bernard II servira dans l'armée franque. Roger-Bernard meurt en 1302, son épouse Marguerite de Béarn gouverne la vicomté jusqu'en 1319, sa bru Jeanna d'Artois gouverne de 1319 à 1323 pendant la minorité de son fils Gaston. Le Béarn passe petit à petit dans la mouvance des rois de France.

Gaston II (1314-1343) devenu majeur fut un des plus fidèles partisans de Philippe VI pendant le début de la Guerre de Cent ans (1337). Il participa dans l'armée franque à toutes les batailles, pendant que des Béarnais, commerçants, prêtaient de l'argent au roi d'Angleterre, des nobles béarnais servaient dans le camp d'Edouard III, des bourgeois béarnais servaient dans l'administration de la Gascogne comme baillis et prévôts.

C'est au milieu du XIVe siècle que le Béarn va prendre sa neutralité et essayé de devenir un état "souverain". Ce fut Gaston Fébus (1343-1391) qui fit preuve d'une telle audace et refusa tout hommage, allié des Francs mais pas vassal. Il profita de la faiblesse du roi de France après la lourde défaite de Crécy le 26 août 1346. Le traité de Toulouse faisait du roi de France l'héritier de Gaston Fébus avec le Pays de Foix, le Donezan, les Basses terres de l'Albigeois, le Lautrec, le Nebouzan, le Béarn, le Marsan et le Gavardan.

Gaston Fébus meurt le 1er août 1391. Ses trois successeurs : Mathieu de Castelbon (1391-1398) neveu, Isabelle sœur de Mathieu et épouse d'Archambaud Grailly (1398-1412) gascon du Bordelais, Jean (1412-1436), réussirent à maintenir neutralité et souveraineté. Ils furent aidés par les "États" du Béarn, véritable parlement où nobles et non nobles (bourgeois) étaient sur un pied d'égalité. Heureusement le Conseil royal, le 20 décembre 1391, refusa et renonça au traité de Toulouse.

Le vicomte de Castelbon étant sans héritier, le Béarn revient à sa sœur Isabelle, épouse du seigneur de Buch, Archambaud Grailly. Le roi de France Charles VI ne voit pas d'un bon œil le seigneur Grailly devenir vicomte du Bérn, comme tous les Grailly étaient de farouches partisans des rois d'Angleterre. Jean I vicomte passe du côté franc, mais sa mère Isabelle garde de bonnes relations avec la Gascogne pour le commerce, accord du 25 août 1425. Isabelle meurt en 1428. Le 11 décembre 1430, une délégation bordelaise rencontre à Montaner Jean I, accord signé en février 1431. Jean meurt en 1436. Gaston IV (1436-1472) enfant sous la tutelle de son oncle Mathieu du Comminges. Accord avec les Anglo-Gascons le 5 décembre 1436.  Échauffourée d Mespleder en 1442, une troupe de Francs entre dans le Béarn et doit être chassée après une violente bataille.

Gaston IV devient lieutenat général du roi Charles VII pour la Guyenne et la Gascogne ! Le vicomte veut interdire aux béarnais de porter des marchandises à Bordeaux et à Bayonne, mais les "États" confirmèrent leur droit de maintenir ce commerce, d'aller chercher ou d'expédier dans ces deux ports : des poissons, des draps, du pastel … Les "États" faisaient la différence entre le pays de Foix, vassal des Francs, et le Béarn, pays souverain comme toute la Gascogne.

Fin de la guerre. Toute la Gascogne est occupée par des armées franques, adieu liberté, adieu indépendance.

Mariage de la sœur de Louis XI Madeleine avec le fils de Gaston IV. Ils ont un fils "François", soumission jusqu'au prénom ! À cinq ans en 1472, il devint vicomte. Le 6 novembre 1481, le vicomte François-Fébus devient roi de Navarre. Le Béarn se trouvait entre deux très puissants voisins, l'Espagne et la France.

Le jeune prince meurt à Pau le 30 janvier 1483. C'est sa sœur Catherine âgée de 13 ans qui hérite de toutes les terres. Elle va se marier avec le sire d'Albret. Le roi d'Espagne Fernando s'emparre de la Navarre sud le 21 juillet 1512 et prend la capitale Pampelune le 25 juillet 1512.

Le Béarn sera annexé par la France en 1620.

 

Je suis très étonné par Pierre Tuoo-Chala de mettre comme les historiens français la particule "de" devant les noms de famille des nobles gascons, c'est étrange qu'il ne soit pas au courant de cette coutume. Par contre, ceux qui avaient la particule "de" devant leur nom de famille étaient les paysans gascons pendant tout le Moyen-âge. À partir du XVIe siècle, les scribes ont commencé d'enlever la particule des paysans et de la mettre devant le nom des nobles, cela n'a pas été fait dans toute la Gascogne.

Une autre erreur de Pierre Tucoo-Chala, c'est de faire croire que la Gascogne était une terre vassale de la France, c'est tout à fait faux. Il devrait connaître la liste donnée par Philippe-Auguste des terres vassales à Richard-Cœur-de-Lion, pour lesquelles il devait rendre hommage, la Gascogne n'y figure pas.

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×