LOS FLAMENCS DE FRANÇA

Susfàcia geografica :

La minoritat lenguistica de lenga neerlandesa en França qu'es dens l'angle nòrd de l'Exagòne, la vath aperada "la Vath maritima" que toca la Mar deu nòrd e que va passar la termièra francò-belga. Lo son territòri qu'a cambiat dens los sègles deu passat. Dens lo haut de l'Atge mejana, la lenga germanica qu'èra sus tota la còsta deu "Pas de Calais" ; qu'estó pòc a pòc arrecussada cap au nòrd. La rason qu'estó l'expansion deus Francs e tanben desde la Revolucion francesa, la politica d'assimilacion sistematica de tots los govèrns francés de tota color politica.

Uei, lo sol lòc lenguistic deu flamenc qu'es lo lòc aperat "Westhoek" (canton occidentau), qu'es en realitat lo canton de "Dunkerque" (Dunkirk – La Gleisa de la Tuca), bornat per l'arriu "Lys" au sud, a l'oèst per l'arriu "Aa", au nòrd per la còsta e a l'èst per la termièra dab la Belgica.

Aqueste canton qu'a uei ua populacion de 300 000 personas, lo terç de la populacion que viven a la campanha que parlan un sarròt de dialècts neerlandés aperats "flamencs". Aquesta populacion qu'a perdut de la sua fòrça, la rason qu'es l'emigracion cap las ciutats de "Lille", "Roubais", "Tourcoin" e la region parisenca. Adara 400 000 flamencs qu'an lo neerlandés coma lenga mairau, mes solament ua minoritat que demora dens lo país.

Un chic d'istòria.

Despuish lo partatge de l'empèri de Carl lo Gran, lo país qu'estó sovent desbaratat per las armadas e la sua istòria qu'estó animada. Lo comtat de Flandre qu'estó balhat a Carl, lo rei occidentau, qu'estó la desencusa deu reiaume franc per lo revendicar. Las armadas francesas qu'an hèit un gran nombre d'invasions, qu'escalabren lo país, que hèn la deportacion de la populacion. La Flandre qu'estó balhada aus Habsborgs au sègle XVI. Louis XIV va darrigar lòcs après lòcs, que s'apodereva de Dunkerque en 1662, puish de Bergues e de Lille a la patz d'Aix-la-Chapelle en 1668, Saint Omer e Bailleul a la patz de Nimègue en 1678, mes la termièra n'estó hèita solament en 1713.

L'ordonança de Villers-Cotterets qu'estó de tira botada en applicacion. Açò qu'acaça la lenga flamenca de tots los actes publics. Los ordis religiós qu'anèn contra la francisacion qu'estón expulsats coma los Capucins de Dunkerque. Après, la Revolucion, que cerquèn de har desaparéisher la lenga flamenca de l'escòla. Qu'es devath Napoleon III que l'ensenhament qu'estó completament francisat. Sol l'ensenhament deu catequisme qu'èra hèit dens la lenga mairau, que serà emplegada dinc a 1939 maugrat lo ministre Combes qu'a tot hèit per acabar tota preséncia de la lenga flamenca. Coma dens totas las regions dab ua lenga regionala, los joens près a parlar aquestas lengas qu'estón casigats.

Sus la lenga :

Los dialècts deu Westhoek que son deu grop Westvlaams (Flamenc occidentau), aquest nom qu'es navèth. En prumèr aquesta lenga qu'avèva dens lo passat un rang de lenga literària. Qu'estó illustrat au sègle XVII per lo poèta dunkerqués Michel de Swaen. La sua lenga qu'avèva particularitats menoras e qu'estó aperat "Nederduytsch" o "Baish-alemand". Aquesta lenga qu'estó emplegada en Belgica au sègle XIX per "Guido Gazelle" e lo gran poèta "Hendrik Conscience", mes n'es pas mei emplegada adara. Lo neerlandés unificat qu'es uei la sola lenga literària de los dialects baish-alemand en França, Belgica e País-Baish. Qu'avem de saber qu'aqueste dialect qu'es tanben emplegat en Alemanha.

Unitat culturau :

Los Flamencs qu'an pertot las medishas tradicions, costumas, hèstas e biòca. Pertot l'arquitectura tradicionau qu'es la medisha, granas plaças bordadas d'ostaus borgés dab arcadas, teits aguts a penons en escalers, maisons comunas dab campaners que simbolizan las vielhas libertats comunaus, granas bòrdas en U. Pertot las medishas tradicions e manifestacions popularas. Targas, tirar dab l'arc, batalhas de hasans, processions gigantas, hèstas comemorativas en vielh vestit, quermessas, carnavals dab pifres e tabards de lansquenets. Pertot lo carilhon que tinda deu som de las tors e pertot lo carilhon deus campaners. Las illuminacions, los cortegis, las paradas e la musica militara, los drapèus e las banèras, las hèstas de la cervesa, l'esperit de camaraderia.

Per dessús les termièras los Flamencs qu'an enqüèra los gosts culinaris (crespèras, brescas, coquetas …), ligams dab la familha, aus mainats, aus vielhs. Lo shuc per la netetat ; de l'òrdi, de la disciplina, de l'organizacion.

Coma dens tots los país estacats a la França, au començament que i a ua resisténcia a la conquista, puish aquesta resisténcia que flaqueja, los borgés que se botèn pòc a pòc dab lo navèth poder, que deishèn de parlar flamenc, que cambièn lo nom de familha "tròp flamenc" per un nom mei francés, açò qu'estó hèit dens tot l'exagòne. Lo flamenc coma totas las lengas regionaus n'estón pas ensenhadas e serà viste com un "patuès" meprisat peus borgés e deishat au pòple. Pòc a pòc qu'avèn la vergonha e comencèn l'assimilacion, mes que las societats per la resisténcia.

Las Crambas de retorica.

Qu'estón societats literàrias dens ua ciutat o un vilatge qui ensenhèn la lenga flamenca. Que cultivèn la lenga, qu'organizèn concors de declamacion, de poesia, e que balhèn espectacles, mes fauta d'estar ensenhat mens e mens de Flamencs podèn parlar la lenga e la darrèra societat, la d'"Eecke" que's barrè au començament deu sègle passat.

Lo comitat flamenc.

Lo comitat flamenc en 1856 un grop de sabents dunkerqués coma l'abat Carnel, Louis de Baeker e Edmond de Coussemaker, que hèn lo comitat flamenc de França. Aquesta associacion qu'èra per la defensa de la lenga flamenca, qu'èra moderada suu plan politic, qu'assegurè lo son leiau a l'estat francés. Aqueste comitat que balhè un gran estrambòrd e qu'avè un gran retreniment a l'estrangèr. Mes lo comitat flamenc qu'estó ua societat sabenta, qu'a hèit paréisher publicacions de grana valor, mes per la lenga lo resultat qu'estó feble. Adara, aqueste comitat qu'es un grop de vielhs qu'espèran la fin de la lenga shens grana reaccion.

Lo "Vlaams Verbond Van Frankrijk".

En 1920 un joen caperan Jean-Marie Gantois (1904-1968), en reaccion a l'inercia deu Comitat flamenc e a la populacion en generau, qu'organizè lo "Vlaams Verbond" que publiquèn duas revistas, lo "Leon Flamenc" en francés e "De Torrewatcher" en flamenc. Los articles qu'eston d'ua virulencia terribla. Lo "Vlaams Verbond" adopta posicions politicas fèrmas, que demandè l'autonomia locau, lo federalisme, que comencèn relacions dab los autes pòbles, dab "Breiz Atao" de Bretanha, lo "Heimatbund" alsacian. Qu'organizèn congrés cada annada.

Un gran nombre de flamencs que vienèn dens lo comitat abans la segonda guèrra mondiau. Que seguishèn las sons activitats pendent l'occupacion. L'epuracion après la guèrra qu'estó la fin deu comitat. Qu'estó defendut, los sons dequés confiscats, las bibliotècas confiscadas tanben. L'abat Gantois e los principaus socis botats en preson per collaboracion.

1945 que deishè los Flamencs shens nada organizacion, dens un país escalabrat per la guèrra e despoblada per l'emigracion. La populacion impressionada per las persecucions que toquèn los socis deu "Vlaams Verbond" que s'abandonèn de mei en mei a l'assimilacion. La glèisa catolica que deishè complètament la predicacion en flamenc. La subervita de la minoritat flamenca que pareish miaçada. Un grop de Flamencs que van començar en 1951 de publicar ua revista bilingüe, trimestrau, "Nosta Flandre". Autorn d'aquesta revista que van s'amassar un grop de gojats e de mainats que decidèn de har ua navèra organizacion, sus de navèras basas, qu'estón encoratjats per la neishença d'organizacions similaras per los autes pòbles de França. L'influéncia deus libes de Robèrt Lafont, Guy Héraut, Fougeyrollas, Yann Fouéré qu'estó determinanta. Qu'aderèn amassa au navèth briu d'ideas regionalistas e etnistas e que descobrèn que lo lor estacament a la sua region e a las soas tradicions, n'èran pas un adirèr deu passat. Qu'an comprés qu'estó essenciau de collaborar dab las autas organizacions regionalistas. La "lei Deixonne" qu'avè complètament desmembrat los Flamencs. Lo Cèrc de Michel Swaen que va har la defensa e la promocion de la Flandre francesa e mei que tot la defensa de la lenga flamenca. Que s'abstienèn de tota accion politica o consideracion ideologica o religiosa.

L'accion principau qu'estó l'amelhorança de l'organizacion escolara. Qu'adereish a tota associacion nacionau o internacionau.

Dens lo respèct de la legalitat, conformament a la Carta de las Nacions Unidas e per las convencions de l'Unesco.

Despuish la fondacion deu Cèrc en 1971 lo Neerlandés qu'es reconeishut coma segonda lenga o tresava lenga. Que i a adara un Capes de Flamenc, mes coma per totas las autas lengas regionalas, París segueish ua politica d'estofar las autas lengas deu país.

 

 

 

 

Aire géographique :

La minorité linguistique de langue néerlandaise en France occupe l'angle nord de l'Hexagone, la plaine dite "Flandre maritime" qui borde la Mer du nord et qui se prolonge au-delà de la frontière franco-belge. Son territoire a varié au cours des âges. Dans le haut Moyen-Âge, la langue germanique occupait toute la côte du Pas de Calais ; elle a été peu à peu refoulée vers le nord, du fait de l'expansionnisme de l'état capétien et ensuite depuis la Revolution française, par la politique d'assimilation systématique menée par les gouvernements français.

Aujourd'hui, l'aire linguistique autochtone se limite à un district étroit dit "Westhoek" (coin occidental), correspondant en gros à l'arrondissement de Dunkerque, limité au sud par la Lys, à l'ouest par l'Aa, au nord par la côte et à l'est par la frontière belge.

Ce territoire a aujourd'hui une population de 300000 personnes, dont un tiers environ (surtout à la campagne) parle des dialectes néerlandais appelés "flamand". Cette populacion a perdu une partie de sa substance du fait de l'émigration vers l'agglomération de Lille- Roubaix-Tourcoing et la région parisienne. Actuellement 400 000 flamands en France ont le néerlandais pour langue maternelle, mais seulement une minorité réside encore dans son pays d'origine..

Résumé d'histoire.

Depuis le partage de l'empire de Charlemagne, le pays fut souvent parcouru par les armées et son histoire a été mouvementée. Le comté de Flandre dont il faisiat partie fut attribué à Charles, le roi occidental, ce qui servit de prétexte au royaume de France pour le revendiquer. Les armées françaises y firent de nombreuses incursions, ravageant la région, et procédant à des déportations et échanges de population. La Flandre échut aux Habsbourgs au XVIe siècle. Louis XIV essaya ensuite d'arracher morceau par morceau, il s'empara de Dunkerque en 1662, se fit attribuer Bergues et Lille à la paix d'Aix-la-Chapelle en 1668, Saint Omer et Bailleul à la paix de Nimègue en 1678, mais la frontière ne fut définitivement fixée qu'en 1713.

L'ordonnance de Villers-Cotterêts fut aussitôt mise en application, bannissant la langue flamande de tous les actes publics. Les ordres religieux qui opposaient une résistance à la francisation furent expulsés comme les Capucins de Dunkerque. Ensuite la Révolution s'appliqua à faire disparaître la langue flamande de l'enseignement. C'est sous Napoléon III que l'enseignement fut complètement francisé. Seul l'enseignement du catéchisme se faisait dans la langue maternelle, jusqu'en 1939 malgré les efforts du ministère Combes pour évincer totalement le flamand de l'enseignement religieux. Comme dans les autres régions alloglottes de l'Etat français, tout écolier surpris à aprler sa langue maternelle était puni.

Note linguistique :

Les dialectes du Westhoek sont du groupe Westvlaams (Flamand occidental), cette dénomination est récente. Toutefois ce parler avait autrefois rang de langue littéraire. Il a été illustré au XVIIe siècle par le poète dramaturge dunkerquois Michel de Swaen dont la langue ne différait du hollandais de l'époque que par des particularités orthographiques mineures e quelques idiotismes, et qui s'appelait "Nederduytsch" (baish-alemand). Cette langue a été remise à l'honneur en Belgique au XIXe siècle par Guido Gazelle et Hendrik Conscience, mais n'est plus en usage maintenant. Le néerlandais unifié est aujourd'hui la seule langue littéraire officielle de tous les dialectes bas-allemands en France, Belgique et Pays-Bas.

Unité culturelle :

Les Flamands ont tous les mêmes traditions, coutumes, fêtes et alimentation. Partout l'architecture traditionnelle est la même, grandes places bordées de maisons bourgeoises à arcades, toits aigus à pignons en escaliers, hôtels de ville à beffroi symbolisant les vieilles libertés communales, grandes fermes en U. Partout les mêmes traditions et manifestations populaires. Joutes, tir à l'arc, combats de coqs, processions géantes, fêtes commémoratives en costumes anciens, kermesses, carnavals avec fifres et tambours de lansquenets. Partout le carillon résonne du sommet des tours et clochers. Les illuminations, les cortèges, les parades et la musique militaire, les drapeaux et banières, les fêtes de la bière, l'esprit de camaraderie.

Par dessus les frontières, les Flamands ont encore en commun les goûts culinaires (crêpes, biscuits, gaufres …), l'attachement à la famille, aux enfants, aux vieillards ; le goût de la propreté, de l'ordre, de la discipline et de l'organisation.

Comme dans tous les pays rattachés à la France, le pays flamand a opposé au début une forte résistance à la conquête, puis à l'incorporation forcée dans le nouvel état. Ce refus violent a fait place peu à peu à une résistance passive à l'assimilation. Le dialecte méprisé par les gens riches devenait le parler du bas peuple, se morcelait et s'abâtardisait. Ceux-là même qui l'employaient encore commençaient à en avoir honte, et peu à peu la masse de la population se ralliait à l'état français. Cependant il y eut toujours des organisations ou des sociétés flamandes qui encouragèrent le résistance à l'assimilation. Nous citerons les principales d'entre elles.

Les Chambres de réthorique.

C'étaient des sociétés littéraires, propres à une ville ou un village, qui cultivaient la langue flamande et organisaient entre elles des concours de déclamation, de poésie et donnaient des spectacles. Leur activité alla sans cesse en déclinant, car faute d'enseignement le nombre de gens capables d'écrire et de lire en flamand devenait de plus en plus réduit. La dernière de ces sociétés, celle d'Eecke, s'éteignit au début du siècle.

Le Comité flamand.

En 1856, un groupe d'intellectuels dunkerquois, dont des lettrés de valeurs, l'abbé Carnel, Louis de Baeker et Edmond de Coussmaker, fondèrent le Comité flamand de France. Cette association était modérée sur le plan politique. Sa création suscita de nombreux enthousiasmes. Mais c'était surtout une société savante qui fit paraître des publications de très grande valeur, mais dont l'efficacité quant à la survie de la langue fut très faible. Ce n'est plus qu'une société d'archéologues voyant venir l'extinction complète de la langue avec résignation.

Le "Vlaams Verbond Van Frankrijk".

En 1920 un jeune prêtre Jean-Marie Gantois (1904-1968), en réaction contre l'inertie du Comité flamand et de la population en général, crée le "Vlaams Verbond" qui publia deux revues, le "Lion de Flandre" en français et "De Torrewatcher" en néerlandais. Les articles étaient d'une virulence terrible. Le "Vlaams Verbond" adopta des positions politiques fermes, réclama l'autonomie locale, le fédéralisme, entretint des contacts avec les autres peuples, avec "Breiz Atao" en Bretagne, le "Heimatbund" alsacien. Il organisa des congrés annuels.

Le nombre de ses membres s'accrut rapidement jusqu'à la deuxième guerre mondiale. Il ne cessa pas ses activités pendant l'occupation. L'épuration qui suivit la Libération lui fut fatale . Le mouvement fut suspendu, ses biens confisqués, ses bibliothèques saisies. L'abbé Gantois et ses principaux organisateurss jetés en prison pour collaboration.

1945 vit les Flamands de France privés de toute organisation, dans un pays ravagé par la guerre, de plus vidé par l'émigration. La population impressionnée par les persécutions qui s'abattirent sur les membres du "Vlaams Verbond", s'abandonna de plus en plus à l'assimilation. L' église catholique cessa complètement la predicacion en flamand. La survie de la minorité semblait très menacée. Un groupe de Flamands réussit néanmoins à publier en 1951 une revue bilingue, trimestrielle, "Notre Flandre". Autour de cette revue vont se rassembler des adeptes, jeunes et même très jeunes qui décidèrent de créer un nouveau mouvement, sur de nouvelles bases, encouragés par la naissance d'organisations similaires dans les autres régions de France. L'influence des livres de Robèrt Lafont, Guy Héraut, Fougeyrollas, Yann Fouéré fut déterminante. Ils adhèrent dans l'ensemble au nouveau courant d'idées régionalistes et ethnistes et découvrirent que leur attachement à leur région et à leurs traditions, n'étaient pas une nostalgie du passé. Ils ont compris qu'il était essentiel de collaborer avec les autres mouvements régionalistes. La "loi Deixonne" les avait complètement ignorés. Le Cèrcle de Michel Swaen s'assigne comme but la défense et la promotion de la Flandre française et plus que tout la défense de la langue flamande. Ils s'abstiennent de toute action politique ou considération idéologique ou religieuse.Son action principale est l'amélioration de l'organisation scolaire. Il adhère à toute association nationale ou internationale poursuivant les mêmes buts, dans le respect de la légalité, conformément à la Charte des Nations Unies et aux conventions de l'Unesco.

Depuis la fondation du Cercle en 1971 le Néerlandais est reconnu comme la deuxième ou troisième langue vivante. Il vient d'être créé un Capes de Flamand, mais comme pour toutes les autres langues régionales, Paris suit une politique d'étouffement des autres langues du pays.

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site