LOS SORABES.

Lo país sorabe qu'es petit e lo pòble sorabe tanben, ua isla dens la grana mar. Coma parlar d'aqueste pòble eslau perdut dens l'Union europeana. Contràriament aus Croates d'Austria o aus Slovenes d'Itàlia, los Sorabes n'an pas d'autas tèrras que la lor : la Lusaca (400 km2 a l'extremitat èst de l'Alemanha), qu'es ua isla eslau dens la grana mar germanica.

 

La situacion.

La Lusaca qu'es au sud-èst de l'Alemanha, a 40 km de la Polonha e de la Tchequia, lo territòri sorabe, politicament, qu'es talhucat en dus, d'oèst en èst. La partida la mei au nòrd qu'es dens la region "Brandeborg" qu'es aperada la "Baisha Lusaca". La partida la mei au sud que's troba dens la "Saxa" e es aperada la "Hauta Lusaca". Que trobam duas ciutats de mei de 50 000 poblants, "Bautzen" e "Còttbus" que son consideradas coma las capitalas de la Hauta e de la Baisha Lusaca.

Dens aquestas duas regions que parlan dus diferents dialècts. Los Sorabes que parlan de duas lengas diferentas, lo "haut" e lo "baish" sorabe. Lo prumèr parlat dens le region de Bautzen que's sembla au chèc quan lo segond que's sembla mei au polonés. Los dus dialècts que son lengas de l'oèst e qu'emplegan l'alphabet latin.

Explicacion sus la Lusaca. Coma estar Sorabe.

Que son tèrras on los elegits que's senten Sorabes. Tota la populacion ne parla pas lo sorabe.

Lo nom en sorabe qu'es "lausitz", lo mot arrevirat en gascon qu'es "horat d'aiga" o un "lòc ric en aiga". Los poblants que son aperats sovent "wendes" peus alemands. Aqueste nom ven deu latin emplegat a l'atge mejana per nomar los eslaus.

Perqué ua lenga eslau es parlada dens aqueste lòc ? Au sègle sheisau, pendent las granas invasions barbaras, dus pòbles diferents que son vienguts s'installar dens aquesta region.

 

L'estatut de la lenga.

La lenga qu'es reconeishuda peu govern alemand peu tractat de reunificacion de 1991 e reiprovit per la signatura de la Carta europèa de las lengas regionalas e minoritàrias. Los governs deus landers de Saxe e de Brandeborg la reconeihen en 1992 dens la lor constitucion.

La situacion adara de la lenga.

Sus ua populacion de 250 000 poblants, la Lusaca qu'a ua populacion sonque de 60000 sorabes. Lo nombre de locutors que baisha segon los lòcs.

Dens las ciutats la lenga qu'es hèra minoritària a despieit de la preséncia d'institucions sorabas coma la "Domowina" (institucion culturau e politica deu monde sorabe) o los collègis de lenga soraba.

Dens la campanha lo sorabe qu'es la lenga de communicacion cada dia, dens la familha, a casa, dens l'arrua, dab los amics.

Qu'es la lenga mairau de centenas de joens. Qu'es emplegad tanben peus gran nombre de catolics e huganauts.

Dab aquesta oposicion ciutat e campanha, qu'avem l'oposicion de la baisha e hauta Lusace. Dens Cottbus e la sua banlega, capitala de la baisha Lusace, lo sorabe qu'a casi despareishut. Qu'avem solament 20000 sorabes contra 80000 au començament deu sègle. Adara dens la ciutat de Cottbus, solament dens lo borg, qu'emplèga enqüèra la senhalisacion alemand-sorabe, senhalisacion qu'es bilingüa. Las ensenhas de las botigas deus sorabes que son en sorabe.

Dens la region, la senhalisacion qu'es un vrai endicator de la practica de la lenga. Los Sorabes que son en majoritat crestians, que son catolics en Hauta Lusace e huguenauts en Baisha Lusace. Los catolics que son mei estacats a la tradicion, a la familha, los vielhs que viven dab los joens, que va har la transmission de la lenga mei aisit.

Remèri.

Que comencèn lo projècte "Witaj" (Planviengut) lo mejan qu'es l'immersion, un chic coma l'escòla bretona "Diwan" o coma las "Calendretas" a noste en Gasconha.

Per los de Lusace, las escòlas bretonas que son ua escaduda per menténguer la lenga. Las prumèras escòlas obèrtas que son jardins de calendrons e l'intencion qu'es d'espandir lo projècte dinc au bac. Lo drapèu sorabe qu'a las colors de la Revolucion francesa, coma un gran nombre de pòbles eslaus.

 

La Domowina.

Lo pòble sorabe qu'a ua organisacion representativa "la Domowina" organizada en 1912 qu'a per foncion d'exprimir las volontats deu pòble sorabe, que se presenta coma lo defensor deus interés publics sorabes dens los parlaments de Saxe e de Brandeborg per las autoritats locaus, regionaus e federaus. La Domowina qu'es un organisme politic, un de los sons objectius qu'es de mentiéner, desvolopar, promòver, espandir la lenga, la cultura e las tradicions deu pòble sorabe dab ua consciéncia nacionau, dab un sens comunautari e identitat regionau, qu'es lo centre neuralgic de las activitats culturaus sorabas, qu'a ua foncion federativa. Que son sòcis las escòlas sorabas, l'union deus artistas sorabes, l'union deus cantadors sorabas.

L'ensenhament.

Que i a dens la Lusace tres tipes d'ensenhament, un solamenet en alemans qu'es majoritari pr'amor de las ciutats on i a la populacion alemanda, los dus autas que son aperadas A e B qu'es hèit mei dens las campanhas.

Las escòlas A son las escòlas on lo sorabe qu'es ensenhat coma lenga de comunicacion. Dens la B qu'es ensenhat solament 4 òras per setmana, tots los autes cors que son en alemand. En Hauta Lusace que trobam 6 escòlas primàrias (Grundschule), 2 solament de A. Los 4 autas que mesclan A e B. Dens aquesta region, un sol collègi (Mittelschule) dens la lenga sorabe e un licèu (Gymnasium) dab classas A e B, dab sovent las classas A e B honudas per rasons d'opcions.

Dens la Bassa Lusace, la situacion es mei critica : nada escòla de tipe A e un sol Gymnasium de tipe B a Cottbus.

Los medias.

Que i a un jornau sorabe per los dus dialècts : "Serbske Nowiny" en Hauta Lusace e "Nowy Casnisk" en Baisha Lusace.

A la fin de la segonda guèrra mondiau, los Alemands qu'eston en Polonha que son vienguts dens aquesta region de la termièra qu'es la Baisha Lusace, e obrèrs de tota l'Alemanha que son vienguts tribalhar quan quauquas minas qu'eston obèrtas en Baisha Lusace. Lo lander de Saxe que votèn ua lei en 1948 per la proteccion deus drets de las populacions sorabes. La Saxe qu'a totstemps considerat los drets deus Sorabes mei que lo lander de Brandeborg, la medisha lei de proteccion deus Sorabes qu'a estat votada per Brandeborg solament en 1994.

 

La terre sourabe est petite, le peuple aussi, comme un îlot dans un océan immense (Jakub Bart Cisinski). Comment définir au mieux cet unique peuple slave de l'Union européenne que par sa solitude et son unicité. Contrairement aux Croates d'Autriche ou aux Slovènes d'Italie, les Sourabes n'ont pas d'autres terres que la leur : la Lusace (400 km2 à l'extrême est de l'Allemagne), c'est bien un îlot slave dans l'océan germanique.

Situation.

La Lusace est située au sud-est de l'Allemagne, à 40 km de la Pologne et de la Tchéquie, le territoire sorabe, politiquement, est divisé en deux, d'ouest en est. La partie la plus au nord se trouve dans la region de "Brandebourg" et est appelée la "Basse Lusace". Celle la plus au sud se trouve dans celui de "Saxe" et est appelée "Haute Lusace". On y compte deux villes de pls de 50000 habitants, "Bautzen" et "Cottbus" qui sont considérées comme les capitales de la Haute et de la Basse Lusace.

Dans chacune de ces zones on y parle un dialecte différent. Les Sourabes parlent même deux langues distinctes, le haut et le bas sourabe. Le premier parlé dans la région de Bautzen ressemble au tchèque tandis que le second est davantage similaire au polonais. Dans les deux cas, ils appartiennent aux langues slaves de l'ouest et utilisent l'alphabet latin.

Qu'est-ce que la Lusace. Qu'est-ce qu'être Sorabe.

Ce sont les terres sur lesquelles les élus se sentent Sourabes. Être sourabe signifie se sentir sourabe, cela ne veut pas dire que ces gens parlent automatiquement le sourabe. Le nom en sourabe est "lausitz", étymologiquement un trou d'eau, un endroit riche en eau. Les gens sont parfois appelés "wendes" par les allemands. Ce nom est un dérivé du latin employé au Moyen-Âge pour décrire toutes les populations slaves. Pourquoi y parle-t-on une langue slave ? Au VIe siècle, lors des grandes migrations barbares, deux peuplades différentes se sont installées dans cette région alors plus vaste. Elle s'étalait davantage vers l'ouest. Il ne reste aujourd'hui de ce passé que ce petit îlot.

Statut de la langue.

La langue sourabe est reconnue par le gouvernement allemand par le traité de réunification de 1991 e réapprouvé par la signature de la Charte européenne des lengas régionales et minoritaires. Les gouvernements des lander de Saxe et de Brandebourg la reconnaissent en 1992 dans leur constitucion.

La situation actuelle de la langue.

Sur une population de près de 250 000 habitants, la Lusace n'est peuplée que de 60000 sourabes. Le nombre de locuteurs est en chute même s'il varie très fortement en fonction des zones. En ville, le sourabe est devenu langue ultra- minoritaire même si y sont implantées les institucions sorabes comme la "Domowina" (institution clef culturelle et politique du monde sorabe) ou les collèges en langue sourabe. En campagne, le sourabe est la langue de communication au quotidien, en famille, à la maison, dans la rue, avec les amis.

Elle est la langue maternelle de plusieurs centaines de jeunes. Elleest utilisée dans la liturgie pour nombre de croyants (surtout catholiques et plutôt protestants au nord).

En plus de cette opposition ville-campagne, il faut noter celle de la haute et de la basse Lusace. Autour et dans Cottbus, capitale de la basse Lusace, le sourabe a quasiment disparu, on ne compte plus que 20000 sourabes contre 80000 au début du siècle. De nos jours par exemple dans la ville de Cottbus, seul le centre ville utilise la double signalisation routière allemand-sourabe. À Bautzen, toute la signalisation est bilingue, les enseignes des commerces tenus par les sourabes sont en sourabe.

Dans la région, la signalisation est un réel indicateur de la pratique de la langue. Cette différence nord-sud s'explique aisément par différents facteurs et externes au peuple sourabe. Même si les Sourabes sont en majorité chrétiens, ils se divisent entre catholiques en haute Lusace et protestants en basse Lusace. Chacun ayant une structure sociale différente. Les catholiques sont plus attachés à la tradition, à la famille, que les protestants. Les grands-parents habitent souvent avec les enfants et les petits-enfants dans une même maison ou juste à côté. La transmission a été possible.

À la fin de la seconde guerre mondiale, les allemands qui se trouvaient en Pologne (alors annexée par la IIIe Reich) se sont installés dans cette région frontalière qu'est la Basse Lusace. Des mines ont été reconstruites en Basse Lusace pendant la RDA. Des ouvriers de l'Allemagne entière sont venus pour y travailler. Le land de Saxe a voté en 1948 une loi de protection des droits des populations sourabes. La Saxe a toujours plus considéré les Sourabes que le Brandebourg. La même loi de protection des Sourabes n'a été votée par le Brandebourg qu'en 1994.

L'enseignement.

Il existe dans toute la Lusace 3 types d'enseignement, dont un uniquement en allemand. Il est majoritaire surtout à cause des villes où y est concentrée la population allemande. Les deux autres sont appelés A et B. Le phénomène est d'avantage rural. Les écoles A sont celles où le sourabe est la langue d'enseignement et de communication. Dans la B, la langue n'y est qu'enseignée (4 heures par semaine), tous les autres cours sont en allemand. En Haute Lusace, on compte 6 écoles primaires sourabes (Grundschuke) dont seulement 2 de type A. Les 4 autres mélangent A et B. Il n'esxiste qu'un seul collège sourabe (Mittel-schule) entièrement en langue sourabe et un lycée (Gymnasium) implanté à Bautzen, avec des classes A et B. Cependant dans les classes qui préparent l'Abitur (bac) les classes A et B sont fondues pour des raisons d'options. Rares, dans ces dernières années, sont les cours où les élèves de type A se retrouvent uniquement entr'eux. La plupart du temps ceux qui maîtrisent parfaitement la langue (qu'ils l'emploient au quotidien) sont avec d'autres qui la balbutient.

En Basse Lusace, la situation est plus critique : aucune école de type A et un seul Gymnasium de type B à Cottbus.

Les medias.

 Il n'y a qu'un jornau sourabe pour les deux dialèctes : "Serbske Nowiny" en Haute Lusace et "Nowy Casnisk" en Basse Lusace.

À la fin de la segonde guerre mondiale, les Allemands qui étaient en Pologne sont venus dans cette région frontalière qu'est la Basse Lusace, et des ouvriers de toute l'Allemagne son venus travailler quand quelques mines étaient ouvertes en Basse Lusace.

Le lander de Saxe vota une loi en 1948 pour la protection des droits des populacions sourabes. La Saxe a toujours considéré les droits des Sourabes plus que le lander de Brandebourg, la même loi de protection des Sourabes a été votée par le Brandebourg seulement en 1994.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×